Nourrir les animaux en ville : Non merci

Nourrir les animaux en ville : Non merci

Nourrir les animaux en ville : Non merci
Pensant bien faire, quelques promeneurs nourrissent les animaux sauvages comme les cygnes, les canards, les mouettes, les rongeurs... tout en ignorant les conséquences néfastes de leur geste pour la biodiversité et pour le cadre de vie.

Nourrir excessivement les cygnes, canards et ragondins peut-être dangereux pour leur santé

Les aliments appropriés à l'homme ne le sont pas pour les animaux sauvages même s'ils aiment ça : ni le système digestif des oiseaux, ni celui des rongeurs ne sont adaptés au pain, qui gonfle dans leur estomac et est, à terme, nocif pour eux.

Canards et cygnes sont des oiseaux herbivores, qui se nourrissent d'algues et d'herbes, abondantes dans nos régions. De même, les ragondins et rats musqués se nourrissent naturellement de céréales, de racines, d'herbes et d'écorces.

Le nourrissage de ces animaux est également propice à leur regroupement massif, ce qui favorise la propagation de maladies et de parasites.

De plus, cette profusion de nourriture attire également les rats et favorise leur prolifération.

Nourrir cygnes, canards et ragondins les rend dépendants de l'homme et modifie leur comportement

Nourrir ces animaux sauvages, les habitue à la présence de l'homme, à l'alimentation passive et leur fait perdre progressivement leur instinct naturel.

Accoutumer les animaux à la présence humaine peut alors les inciter à s'approcher des hommes de manière inhabituelle et provoquer un sentiment de peur et de rejet ou, pour certains, des accidents par morsures.

Si vous aimez les animaux sauvages et souhaitez leur venir en aide, observez-les de loin et respectez leur tranquillité.

Pour vivre en harmonie avec les cygnes, les canards et les ragondins en ville :

  • Évitez de les nourrir : notre régime alimentaire ne leur convient pas
  • Respectez-les : observez-les de loin et n'essayez pas de les toucher

 

Nourrir cygnes, canards et ragondins dégrade l'environnement

Nourrir ces animaux les attire, favorise leur regroupement et peut provoquer une surpopulation, qui engendre des dérangements pour les riverains: bruit, odeurs, déjections, creusement de galeries, dégâts dans les potagers… de façon concentrée.

Ces gênes sont à l'origine de demandes de régulation des populations concernées, à l'aide de méthodes impopulaires et brutales.

Un rassemblement important de ragondins peut fortement endommager les berges d'un cours d'eau et ainsi favoriser des accidents sur les terrains attenants utilisés par de nombreux usagers (trous sur la piste cyclable, effondrement de bas-côtés…). L'élimination pure et simple des animaux peut être évitée en arrêtant le nourrissage.

Dans ce cas, les familles de ce rongeur se disperseront et choisiront un territoire riche en nourriture qu'ils trouveront dans la végétation poussant naturellement sur les berges et suffisamment vaste pour chacune d'entre elles.