L'amélioration de la pause méridienne

L'amélioration de la pause méridienne

L'amélioration de la pause méridienne
La pause méridienne fait l'objet d'une attention particulière : repas équilibrés et respectueux du développement durable, encadrement renforcé et mieux formé, locaux appropriés, tarification solidaire.

La Ville propose une restauration sur 57 sites. En 2015/16, près de 6,5 millions euros ont été consacrés au service de la restauration scolaire. 16 400 enfants sont inscrits au service de restauration.

11 760 repas sont servis en moyenne chaque jour aux enfants des écoles élémentaires et maternelles de la Ville.

Près de 10 500 repas sont préparés en liaison froide et livrés par l'Alsacienne de restauration, prestataire de marché pendant 4 ans (2013-2017). Les autres repas sont préparés par 13 partenaires externes à la Ville (maisons de retraite, auberge de jeunesse, restaurants d'entreprise, collèges, etc.) et les enfants déjeunent dans leur propre structure.

Le service de restauration scolaire s'inscrit dans le cadre de la pause méridienne qui comprend l'accueil pour le repas et la prise en charge des enfants avant, pendant et après ce moment, sur la plage de 12 heures à 14 heures. La restauration scolaire fonctionne les lundis, mardis, jeudis et vendredis. A l'école Européenne, elle fonctionne également le mercredi.

Si bien se nourrir est important, manger dans de bonnes conditions l'est tout autant. Le temps du repas doit en effet être pour chacun un moment de plaisir, de détente et de récréation. C'est aussi un temps d'apprentissage au cours duquel les enfants sont sensibilisés à l'hygiène alimentaire, au goût et aux règles en collectivité.

La Ville s'applique à :

  • assurer aux enfants un repas équilibré, diversifié, de bonne qualité nutritionnelle, intégrant des produits locaux biologiques ainsi que des produits issus du commerce équitable ;
  • valoriser la pause méridienne comme un temps éducatif et d'apprentissage à part entière ;
  • offrir à tous une ambiance conviviale et un temps de détente en donnant la possibilité aux enfants de participer librement à des activités organisées par les accompagnateurs de restauration ;
  • garantir à chacun un environnement adapté à la demande, sécurisé et sécurisant ;
  • améliorer le service rendu aux familles, en leur proposant une prestation souple, adaptée à leur mode de vie et à leurs ressources financières

La restauration, une préoccupation majeure de santé publique

Le contenu de l'assiette fait évidemment l'objet d'une forte exigence dans un objectif de santé publique. La Ville veille tout autant au respect de l'équilibre nutritionnel, qu'à la variété des menus, la qualité et l'origine des produits conformément à la réglementation en vigueur.

Pour sa restauration municipale, la Ville fait appel à un prestataire dans le cadre d'un marché sur 4 ans, A ce jour, les repas sont préparés en liaison froide par la cuisine centrale de l'Alsacienne de Restauration qui a remporté le marché en septembre 2013 et qui sera effectif jusqu'en 2017. Ils sont livrés quotidiennement sur les sites de restauration où ils sont remis en température et servis aux enfants par des agents municipaux.

Afin de mieux répondre aux attentes des familles, la Ville a souhaité proposer un choix de quatre catégories de prestations :

  • un repas standard, (65 %)
  • un repas standard sans porc, (4 %)
  • un repas halal, (28 %)
  • un repas végétarien (3 %)

Le choix du type de menu est effectué chaque année au moment de l'inscription et est valable une année complète. Pour les sites municipaux, les menus sont consultables depuis le site internet de la Ville. Ils sont par ailleurs tous affichés dans les tableaux d'affichage à l'entrée des écoles.

Les cycles de menus sont transmis aux responsables périscolaires de site (RPS), complétés d'une feuille de route permettant d'identifier les animations et thématiques mises à l'honneur, dans l'objectif de valoriser ces temps auprès des enfants, via leurs équipes d'encadrement.

Un livret, "Le Gratiné" élaboré par le prestataire l'Alsacienne de restauration, est distribué aux enfants toutes les 8 semaines où ils y trouveront des informations diverses (historiques, calendaires, thématiques…), des jeux, des recettes et les menus de la période.

La pause méridienne constitutive d'une démarche éducative 

Si bien se nourrir est important, la pause méridienne doit également être pour chacun un moment de plaisir, de détente et de récréation. C'est aussi l'occasion de valoriser cette période de la journée comme un temps éducatif et d'apprentissage à part entière au cours duquel les enfants sont sensibilisés à l'hygiène alimentaire, aux règles de vie en collectivité, à l'environnement mais aussi au goût et à la connaissance des aliments qui composent leurs repas. En consommateurs avertis, ils apprécient d'autant mieux les prestations qui leurs sont proposées.

Depuis 2009, la Ville a entrepris des démarches visant à améliorer l'accompagnement des enfants par un renforcement de la présence d'encadrants lors de la pause méridienne (de un adulte pour 30 à un adulte pour 20 enfants en élémentaire et de un adulte pour 20 à un adulte pour 15 enfants en maternelle) et par une meilleure formation des équipes contribuant à la professionnalisation de leurs pratiques en matière de prise en charge des enfants.

A cet effet, un organisme de formation agréé (CEMEA) s'est vu confier pour une période de 3 ans (2010 à 2013), la mission de contribuer à la professionnalisation des pratiques des accompagnateurs dans la prise en charge des enfants sur le temps méridien, y compris les personnels non titulaires. Un diagnostic global ainsi qu'une démarche d'accompagnement et de formation des personnels ont été menés sur l'ensemble des restaurants scolaires de la Ville permettant ainsi une meilleure approche en termes d'encadrement et d'accompagnement des enfants.

Un engagement volontariste en matière de développement durable

La Ville de Strasbourg est fortement engagée dans toutes les politiques de développement durable et souhaite promouvoir une restauration responsable et citoyenne, en intégrant :

  • des produits de saison, issus de préférence de l'agriculture locale afin de garantir les valeurs nutritives, les saveurs optimales et le respect de l'environnement. Ce choix de privilégier les circuits courts, pour permettre la création d'emplois et mettre en place une nouvelle gouvernance alimentaire à l'échelle du territoire, contribuant à une agriculture durable.
  • un minimum de 20 % d'aliments issus de l'Agriculture Biologique à circuits courts (légumes, fruits, laitages, pains, céréales, viandes, œufs,…) entrent ainsi dans la composition de tous les repas.  Certains produits comme les carottes, le céleri, le chou, les pommes et les tomates (l'été) sont systématiquement issus de l'agriculture biologique locale.
  • une progression des sites "BIO +" proposant  40 % de produits issus de l'agriculture biologique. Ce sont aujourd'hui 6 jardins d'enfants municipaux et 21 restaurants scolaires qui sont concernés par cette offre (Canardière, Gliesberg, Louvois, Schwilgué, Stoskopf, Schoepflin, Camille Claus, Ampère, Louise Scheppler, Jacqueline, Guynemer, Conseil des XV, Sainte-Aurélie maternelle, Sainte-Aurélie élémentaire, Jacques Sturm, Romains, Erckmann Chatrian et Ziegelau, Albert Legrand élémentaire, Léonard de Vinci et Stockfeld). En 2015, ce sont 248 tonnes de produits issus de l'agriculture biologique dont 137 tonnes de produits biologiques alsaciens (55,3 %) qui ont été servis dans les restaurants scolaires municipaux strasbourgeois.
  • des produits issus du commerce équitable sont mis à l'honneur au minimum une fois par mois. Ceci constitue un levier dans le développement d'un commerce international plus juste et vise à renforcer le lien entre les producteurs et les consommateurs en réduisant notamment les intermédiaires.
  • une réduction de l'emprunte carbone de la production à l'assiette avec l'objectif pour le prestataire de diminuer chaque année ses émissions de gaz à effet de serre de 3 %. Fin 2012, les objectifs ont été atteints sur les 4 années du marché précédent. On a noté une baisse de 16,4 % d'Eq CO2, liée entre autres aux choix des matières premières, à une meilleure maitrise des fuites de gaz frigorigènes et à l'optimisation des tournées de livraison. Le prochain bilan carbone est en cours dans le cadre du nouveau marché 2013/2017. Un autre levier majeur pour baisser les émissions de gaz à effet de serre est de proposer, quatre fois par année scolaire, des menus à coût carbone réduit, nommés "un repas bon pour ta planète". Les protéines animales sont pour la plupart remplacées par des protéines végétales. Les menus sont principalement constitués de légumineuses, de céréales, de légumes, de laitages et de fruits,  permettant ainsi de couvrir l'ensemble des besoins nutritionnels des enfants, tout en diminuant les émissions de gaz de gaz à effet de serre.
  • le volet social et économique en favorisant l'insertion sociale et le développement professionnel du personnel recruté par le prestataire du marché. Sur l'année scolaire 2015-2016, la part des personnels en insertion, encadrés et formés, au sein de la cuisine centrale du titulaire du marché a été de 12 063 heures d'insertion réalisées par 21 personnes différentes, de sorte à promouvoir leur parcours vers l'emploi.

Un environnement d'accueil adapté à la demande, sécurisé et sécurisant

Dans un contexte de forte croissance de la fréquentation et pour sans cesse améliorer les conditions d'accueil des enfants favorisant leur bien-être, leur épanouissement et leur plaisir à manger, des mesures contre le bruit, des travaux d'extension et de mise en sécurité des locaux, des constructions de nouveaux restaurants sont entrepris régulièrement.

En septembre 2015, la Ville a créé un nouveau site de restauration à l'école du Rhin, permettant ainsi de proposer un service de repas en self pour les élémentaires, les maternelles étant servis à table.

La restauration, une réponse apportée aux familles

A la rentrée de septembre 2011, l'accès à la restauration scolaire est devenu plus juste et plus équitable avec une tarification solidaire. Dix tarifs, sont ainsi proposés aux familles s'échelonnant de 1,10 euros à 6,85 euros et définis selon le quotient familial de la CAF.

Chaque famille contribue ainsi au coût de ce service public en fonction de ses revenus et de la composition de son foyer.

Les démarches administratives ont également été simplifiées notamment par l'expérimentation dans trois groupes scolaires de la dématérialisation des moyens de réservation et de paiement des repas (via internet). Par ailleurs, depuis la rentrée 2013-2014, le dossier unique d'inscription a été mis en place.

Une concertation régulière avec les familles est assurée par les équipes périscolaires lors de rencontres et d'échanges sur le temps de la pause méridienne.

 
Contacts
Direction de l'enfance et de l'éducation - restauration scolaire
Tél. +33 (0)3 68 98 76 28