56 résultats
Résultats par page
angle-left 3èmes Assises européennes du Sport santé sur ordonnance

Publié le 24/10/2019 - Modifié le 26/11/2019

Ajouter à mes favoris

3èmes Assises européennes du Sport santé sur ordonnance

Sport

Strasbourg, première ville française à lancer le dispositif Sport santé sur ordonnance, a accueilli plus de 900 personnes le 14 octobre au Palais de la Musique et des Congrès, en présence de Roxana Maracineanu, la ministre des Sports.

"La stratégie nationale du Sport santé : une chance pour les territoires ?" était la thématique de la journée

Des échanges fructueux ont permis, via dix ateliers comme par exemple "Sport santé sur ordonnance : un modèle pour l’Europe ?" ou encore "Les JO 2024 : enjeux et héritage pour la santé ?", de démontrer que les territoires se sont saisis de cet enjeu de santé publique en développant des initiatives exemplaires et innovantes, en France et en Europe.

Leur pérennisation nécessite d’instituer un modèle économique qui permette la généralisation équitable et durable à l’ensemble du territoire.

Les dynamiques territoriales du Sport santé concernent un nombre sans cesse croissant de collectivités et de réseaux de santé

Les Agences Régionales de Santé, les Directions Régionales et Départementales de la Jeunesse et des Sports et de la Cohésion Sociale, les Conférences des Financeurs de la prévention de la perte d’autonomie gérées au niveau départemental, doivent s’engager partout en France dans un financement de l’ensemble des acteurs territoriaux.

Le Sport santé est également un levier de réduction de dépenses de santé pour l’Assurance-Maladie

À noter que le différentiel de dépenses de santé entre une personne active et une personne sédentaire est de 250€ par an et par personne.

La CNAM estime à 20 millions le nombre de personnes souffrant de maladies chroniques, cela représente 84 milliards d'euros de dépenses par an.

Le groupe de travail des villes santé de l’OMS prend acte de la volonté du gouvernement d’introduire le financement du Sport santé dans le projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2020, l’article 40 de ce projet de loi doit permettre un financement national équitable et pérenne sur le territoire, pas seulement dans le cancer mais également dans les maladies chroniques notamment l’hypertension et le diabète.

C’est pourquoi, à l’issue de la journée, le réseau des villes santé OMS, l’Association Nationale des Elus en charge du Sport (ANDES) et le Collectif National des Réseaux et des Acteurs Territoriaux du Sport Santé demandent l’introduction d’un financement forfaitaire par l’Assurance Maladie pour les bénéficiaires concernés.

Roxana Maracineanu a évoqué sa stratégie de sport santé ambitieuse dans la perspective des Jeux Olympiques 2024 Paris et rappelé notamment son souhait de donner une plus grande place au sport à l’école et en dehors dès le plus jeune âge, car, "la sédentarité s’étend de plus en plus en particulier auprès des adolescents" a souligné la ministre.

Le sport doit être un enjeu sociétal et un vecteur de santé publique, dans une optique d’abord préventive et curative

Pour favoriser une meilleure pratique sportive pour la santé et le bien-être, plus de 500 maisons de Sport santé verront le jour d’ici 2025 sur tout le territoire. Strasbourg ville pionnière, ouvrira en 2021 les portes du premier projet de maison Sport santé de France, pour lutter contre la sédentarité car une ville qui bouge est une ville en forme !