null Bloc-notes – Le budget de l’Eurométropole en débat public avant le vote par les élus

Ajouter à mes favoris

Le budget de l’Eurométropole en débat public avant le vote par les élus

C’est une première : le budget 2021 de l’Eurométropole de Strasbourg fait l’objet d’un débat d’orientation ouvert au grand public. L’enjeu est de favoriser la diffusion d’information et d’une culture générale sur le montage du budget. Interview du vice-président en charge de ce sujet.

Les conditions de préparation du budget 2021 de l’Eurométropole de Strasbourg ont multiplié les aspects inédits. La crise économique consécutive à la crise sanitaire, les enjeux de l’intercommunalité, les urgences sociales et démocratiques, les nécessités de résoudre les tensions écologiques sont autant de contraintes jamais connues à ce niveau. 

Suite à un budget 2019 qui a permis à la collectivité de franchir le cap de 2020 d’une façon relativement apaisée, le nouvel exercice se bâtit avec un débat d’orientation budgétaire (DOB) ouvert au grand public. Des scenarii d’investissements seront exposés, les ressources fiscales de plus en plus contraintes par la politique nationale, seront aussi exposées et expliquées. Le statut particulier de Strasbourg ville internationale et les contraintes financières qui en découlent ainsi que la situation de l’Eurométropole, agglomération la plus inégalitaire de France entre hauts et bas revenus, seront aussi détaillés au cours du DOB.

3 questions à Syamak Agha Babaei, vice-président en charge du budget et des finances

Question : Dans quel esprit s’engage le débat d’orientation budgétaire ouvert au public ?

Réponse : « Le contexte présente de nombreuses et lourdes incertitudes. Les crises écologiques, sociales, la limite de l’action des collectivités induisent des questions sans réponse bien tranchées. Quel niveau d’investissement devons-nous prévoir, quels grands projets – que signifie d’ailleurs cette notion ? – seront menés, avec quelles conséquences sur la vie quotidienne de chacun ? Sans oublier l’ensemble des questions environnementales et de mobilités. Beaucoup de questions restent en suspens ».


Q. : Ces incertitudes doivent-elles mener à des politiques prudentes ? 

R : « Nous ne voulons pas d’excès de prudence ! Notre mandat doit être axé vers l’avenir, par exemple avec les trois nouvelles lignes de tramway à aménager et le déploiement des mobilités douces à l’échelle de toute l’agglomération. En revanche, nous devons ajuster nos propositions pour ne pas engendrer des attentes démesurées ».


Q : Comment construire un DOB ouvert au grand public, qui ne dispose pas forcément d’une culture financière ?

R : « D’abord, il faut bien rappeler que ce débat ne débouche pas sur un vote citoyen. La base est de partager les informations et les connaissances. Cela permettra d’aborder des questions comme, que doit-on financer ? Comment situer la contribution de chacun ? A nous de remettre à plat l’ensemble des tarifications de services publiques, disparates actuellement. Et de bien expliquer ce que coûtent les équipements, comme les piscines par exemple, dont les tickets d’entrée sont loin de couvrir l’ensemble des frais. Nous espérons que cet apport du grand public permettra de nourrir efficacement les débats avec les élus. »