angle-left Bloc-notes - Enquête mobilité 2019 plus de trajets en mode doux et en transports en commun des points à améliorer
Ajouter à mes favoris

Enquête mobilité 2019 : plus de trajets en mode doux et en transports en commun, des points à améliorer

Pilotée par l’Agence d’urbanisme (Adeus), l’enquête mobilité 2019 passe au peigne fin les habitudes des Bas-rhinois.es et des Eurométropolitain.es en particulier. Elle confirme la montée des déplacements à pied, à vélo et en transport en commun, et identifie précisément des points à améliorer.

Présentée le 20 septembre, cette enquête a étudié au cours d’une période de 10 semaines au cours du premier semestre 2019, les pratiques de mobilité de 6 312 personnes.

Un premier constat fait apparaître que, par rapport à l’enquête réalisée en 2009, le département compte 4,350 millions de déplacements par jour contre moins de 4 millions auparavant. En revanche, la distance parcourue est quasiment la même. C’est surtout au sein de l’Eurométropole de Strasbourg que l’augmentation est la plus marquée, avec une hausse de 17 %. La croissance démographique et de nouvelles habitudes mobilités individuelles sont la cause de ce bond.

A noter que le temps consacré à ces déplacements est quasi identique en 2019 qu’en 2009 alors que leur distance moyenne se réduit légèrement. Les motifs de déplacements n’évoluent que faiblement, loisirs, achats, travail et études représentent 78 % des motivations.

L‘enquête démontre aussi un renforcement de l’autonomie des jeunes et un accroissement de la mobilité des plus âgés. A noter la baisse du taux de possession du permis de conduire chez les 18-24 ans, notamment auprès des jeunes hommes.

L’examen des modes de mobilité confirme la forte baisse de l’usage de l’automobile, de 61 % à 50,5 % pour l’ensemble du département, de 46 % à 37 % dans l’Eurométropole (conducteurs et passagers). Les transports en commun, le vélo et surtout la marche progressent au niveau départemental comme dans l’agglomération, les bicyclettes y représentent désormais 11 %.

L’usage de l’automobile se contracte à 26 % pour les trajets de moins d’un kilomètre. Il atteint 87 % pour les trajets de 10 à 20 km. Pour les trajets de 5 à plus de 20 km, la part des transports collectifs pourrait être améliorée. Une piste de réflexion dont l’Eurométropole de Strasbourg et ses partenaires du département et de la région se saisissent pour améliorer les réseaux urbains et interurbains.