null Bloc-notes - L’Eurométropole de Strasbourg en charge de "l’A35" au 1er janvier 2021

Ajouter à mes favoris

L’Eurométropole de Strasbourg en charge de "l’A35" au 1er janvier 2021

Élément essentiel dans les politiques communautaires de mobilités, la rétrocession de l’A35 à l’Eurométropole sera effective en janvier 2021. Opportunités et zones d’ombre.

Alors que le contournement ouest de Strasbourg (COS) doit être mis en service fin 2021, l’avenir de la "rocade" de Strasbourg connaît une étape importante avec ce début d’année : l’Etat cède ses responsabilités sur cet axe routier à l’Eurométropole de Strasbourg.

Les études visant à une transformation multimodale de l’A35 vont ainsi être poursuivies, avec notamment l’abaissement de la vitesse de circulation et la création de voies réservées aux transports collectifs et alternatifs à l’autosolisme.

Parmi les questions à résoudre, définir précisément les notions de trafic de transit notamment pour les poids-lourds, affiner les modes alternatifs (autopartage, co-voiturage, taxis, etc.). Mais aussi les modalités de mise en œuvre des opérations de contrôle d’éventuels abus. Car dans ce transfert de compétence, l’Eurométropole conserve sa volonté de faire respecter l’interdiction de transit.

Dans le même temps, l’ensemble des politiques de mobilités à l’échelle de l’agglomération devront être adaptées. Les sujets sont nombreux, du développement des réseaux de la CTS et des autres collectivités, le travail sur les liaisons ferroviaires, l’organisation de pôles multimodaux d’échanges – notamment à l’entrée ouest –, le développement des itinéraires cyclables, etc.

A noter que le trafic lié aux activités du port autonome de Strasbourg est préservé dans ce projet.
A noter que des désaccords subsistent à propos du coût de l’entretien de cette voirie, estimé par l’Etat à 4,1 M€ par an, là où l’Eurométropole l’évalue à 6,2 M€. De même, l’Etat propose de transférer 42 ETP alors que l’agglomération en réclame 44. Le Conseil de l’Eurométropole du 18 décembre interpelle l’Etat sur ces désaccords par l’intermédiaire d’une motion.