angle-left Bloc-notes - L’Eurométropole de Strasbourg rassemble tous les élus municipaux le 27 avril à Mundolsheim
Ajouter à mes favoris

L’Eurométropole de Strasbourg rassemble tous les élus municipaux le 27 avril à Mundolsheim

Collectivité aujourd’hui reconnue, l’Eurométropole de Strasbourg dispose avec les Rencontres proposées aux élus des 33 communes d’une occasion précieuse de rencontres, d’échanges et d’écoute. Interview de Robert Herrmann pour présenter la matinée du 27 avril.

Q : Quel est le but de ces Rencontres avec les élus municipaux des 33 communes ?

RH : Rendre compte, informer, écouter, échanger avec celles et ceux qui sont les premiers vecteurs de la démocratie locale. J’ai souhaité dès 2014 que les maires soient étroitement associés à la vie de l’Eurométropole et que les liens entre les communes et l’intercommunalité soient renforcés. Cette proximité, être au plus près des préoccupations communales, est indispensable. Les visites des communes, la conférence mensuelle des maires, la création de la newsletter Bloc-Notes, l’installation auprès du Directeur Général des Services de la Mission Intercommunalité, cette rencontre annuelle, sont autant d’actions et d’outils qui consolident les liens et permettent d’ajuster les politiques conduites aux attentes des communes.

Q : A l’heure où des tensions apparaissent dans certaines intercommunalités quel regard portez-vous sur le fonctionnement de l’Eurométropole ?

RH : Je me félicite chaque jour de la gouvernance originale mise en place en 2014 qui associe des maires et des élus de diverses familles politiques, dans une large majorité où chacun reste lui-même. Cette gouvernance a permis de dépasser bien des postures pour s’atteler au fond des dossiers, dans des domaines aussi essentiels que l’urbanisme, le logement ou les transports. Les débats sont réels, sincères et l’exécutif fait de sa diversité une force. Face à la baisse drastique des dotations de l’Etat elle a conduit l’ensemble des élus eurométropolitains à adopter un discours commun sur les nécessaires efforts budgétaires que devait faire la collectivité. Si la situation budgétaire est saine, avec une fiscalité qui n’augmente pas, c’est dû pour beaucoup à cette gouvernance. Le dernier budget a d’ailleurs été adopté par 84 voix sur 100.

Q : Quelle place occupe aujourd’hui l’Eurométropole de Strasbourg ?

RH : L’Eurométropole est devenue une collectivité reconnue, respectée, qui a pris toute sa place dans le paysage politique et institutionnel local et régional. Elle est très identifiée par les habitants. C’est bien normal au vu des compétences qu’elle exerce. C’est la collectivité stratège qui élabore et coordonne toutes les grandes décisions à l’échelle de notre territoire. On ne peut plus concevoir un schéma de développement économique, ou un plan d’urbanisme, de déplacement, à la simple échelle communale. En même temps, elle est la garante des équilibres et des solidarités entre les communes. C’est pourquoi j’ai insisté particulièrement pour que le transport public devienne une priorité dans les communes les plus éloignées de la ville centre. C’est un travail de longue haleine que nous avons engagé avec une démarche audacieuse, le Grenelle des mobilités. Ce sera certainement un des temps forts de nos échanges du 27 avril à Mundolsheim.