null Bloc-notes - La gratuité des transports en commun pour les moins de 18 ans de l’Eurométropole

Ajouter à mes favoris

La gratuité des transports en commun pour les moins de 18 ans de l’Eurométropole

A partir du 1er septembre prochain, les eurométropolitains de moins de 18 ans ne payeront plus les transports en commun. L’objectif est d’accroître la fréquentation des trams et bus et de réduire l’usage de la voiture individuelle.

Les 33 communes de l’Eurométropole de Strasbourg comptent environ 84 000 habitants âgés de moins de 18 ans. Cela représente 17 % de la population totale. Fin 2019, la CTS dénombrait environ 30 000 abonnés de cette tranche d’âge, soit 22 % du total.

La délibération adoptée par le Conseil de l’Eurométropole le 26 février, prévoit que l’ensemble de ces jeunes pourront emprunter gratuitement les transports en commun de la CTS ainsi que les TER sur le territoire eurométropolitain. Le coût maximal de cette mesure est estimé à un maximum de 8 millions d’euros par an.

Cette gratuité est justifiée par la forte dépendance de cette population aux transports en commun. Elle vise également à inciter les parents à ne pas utiliser leur véhicule pour transporter leurs enfants mineurs vers leur établissement scolaire. Par ailleurs, une part importante des élèves résidant dans l’agglomération sont contraints d’effectuer des déplacements relativement conséquents pour rejoindre, notamment, les lycées. La gratuité rétablit ainsi l’équité entre les différents élèves. A noter aussi que si les salariés se voient rembourser leur abonnement à hauteur de 50 % par leur employeur, ce n’était évidemment pas le cas pour les mineurs.

La mesure permettra de redonner du pouvoir d’achats aux familles concernées. Pour un couple gagnant deux SMIC avec deux enfants abonnés de moins de 18 ans, l’économie atteint 550 euros par an.

Chaque abonné devra effectuer des démarches en ligne ou en agence afin de valider la carte Badgéo, dont la validation restera la règle. Les modalités détaillées seront précisées par la CTS dans les semaines à venir.

In fine, l’Eurométropole espère que cette mesure entraînera une baisse de l’usage des véhicules individuels et donc, une amélioration de la qualité de l’air dans l’agglomération.