angle-left Bloc-notes - Le plan climat 2030 se déploie tous azimuts et amplifie son impact dans une gouvernance nouvelle
Ajouter à mes favoris

Le plan climat 2030 se déploie tous azimuts et amplifie son impact dans une gouvernance nouvelle

Voté par le Conseil de l’Eurométropole le 25 mars, le plan climat de l’agglomération étend ses interventions sur des dizaines de thématiques. Il encadre toutes les politiques publiques pour atteindre les objectifs d’autonomie énergétique et de réduction des émissions polluantes.

L’Eurométropole de Strasbourg se donne les moyens pour apporter sa réponse aux défis climatiques. Le nouveau plan climat 2030 interroge l’ensemble des politiques publiques et incite le maximum d’acteurs du territoire à agir à leur niveau pour bâtir ensemble des solutions face à un défi collectif.

De nouvelles trajectoires vont s’appliquer à la question des transports, de la construction et la rénovation des logements comme des locaux d’activité, le déploiement des énergies renouvelables, la végétalisation des espaces publics, le renforcement des moyens d’accompagnement des acteurs et des citoyens, etc.

L’ambition de parvenir à 100 % de consommation locale d’énergies renouvelables d’ici 2050 reste d’actualité mais ne pourra se faire qu’au prix du développement des sources de production, géothermiques notamment. Le plan prévoit parallèlement la poursuite des économies d’énergie, avec la promotion des modes de transport doux, et un focus spécifique sur les bâtiments. Ainsi, l’Eurométropole souhaite que, dans le neuf, il soit anticipé la généralisation des normes prévoyant la construction d’immeubles produisant plus d’énergie qu’ils n’en consomment. La massification des réhabilitations thermiques dans l’ancien est visée, aussi bien dans l’habitat que les bureaux et le commerce.

Cette politique qui vise l’ensemble des politiques publiques doit avoir pour effet de développer une filière économique créatrice d’emplois. L’équité et l’égalité de traitement entre les habitants sont inscrites dans le plan climat. Pour veiller à les mettre en œuvre et surtout en accélérer le déploiement, un comité stratégique est constitué entre l’Eurométropole et ses partenaires. Charge à lui de piloter les changements en matière de l’impact de l’Eurométropole sur la qualité de l’air, le climat, les consommations énergétiques et la production d’énergies renouvelables, la gestion des déchets, les déplacements, l’eau et le parc bâti. Un calendrier des premières mutations à engager sur le territoire est défini, comprenant aussi quatre axes et un plan d’action détaillé.