null Bloc-notes - Le plan vélo passe sur le grand braquet

Ajouter à mes favoris

Le plan vélo passe sur le grand braquet

Le Conseil de l’Eurométropole du 20 novembre décide l’aménagement de 23 projets d’améliorations du réseau cyclable dans l’agglomération. Il s’agit principalement d’aménagements de "points noirs" ou de discontinuités décourageantes pour les cyclistes.

C’est dans le cadre de deux "appels à projets vélo" lancés par l’Etat en 2019 que la programmation 2021 se déploie dans l’Eurométropole de Strasbourg. 23 aménagements vont être engagés dans Strasbourg et 15 autres communes de l’Eurométropole après avoir été sélectionnés par le ministère des Transports.

Ces décisions font suite au plan d’actions pour les mobilités actives (Pama), adopté à l’unanimité en mars 2019 par l’Eurométropole ainsi que la mise à jour du schéma directeur du plan vélo. Une convention de financement devra être signée par l’Etat pour entériner son financement de 20 % des dépenses à engager.

Ces projets, proposés en 2019, portent pour l’essentiel sur des franchissements – Aar, canal de la Marne-au-Rhin, canal de la Bruche et la rivière de la Bruche, sous des ouvrages d’art, etc. – ou des liaisons entre itinéraires.

Interview d’Alain Jund, vice-président de l’Eurométropole

La pratique du vélo concerne principalement Strasbourg, comment la développer dans les autres communes de l’agglomération ?

"J’ai entrepris de rencontrer toutes les communes de l’agglomération. Les premiers contacts laissent apparaître une appétence inédite en faveur de la pratique du vélo. En 7 ou 8 ans, les choses ont beaucoup changé et ce n’est pas que l’effet Covid. Désormais, la demande des maires et des élus en faveur d’aménagements spécifiques est généralisée".

Quels sont les besoins matériels pour favoriser l’usage du vélo à l’échelle de l’agglomération ?

"Ce premier plan, basé sur des projets portés par les communes, prévoit essentiellement la résolution de discontinuités décourageantes entre des itinéraires. Carrefours à éviter, ponts à aménager ou contourner, l’idée est de rendre la pratique du vélo plus facile et plus sûre. Ce sont certains lieux compliqués voire dangereux qui dissuadent des usagers à passer à la bicyclette. Ce plan s’attache à en résoudre certains, parmi les plus flagrants".

Cela suffira-t-il pour modifier en profondeur les parts modales des différents moyens de transport ?

"Pendant la durée de ce mandat, nous prévoyons d’investir environ 70 M€ en faveur de la pratique cyclable. C’est un complet changement d’approche. Au-delà des aménagements, il s’agit de repenser le partage et l’usage de l’espace public au profit des mobilités actives".