angle-left Bloc-notes - Le SIRAC fête ses 40 ans et a su passer du tout auto à la gestion des mobilités du XXIe siècle
Ajouter à mes favoris

Le SIRAC fête ses 40 ans et a su passer du "tout auto" à la gestion des mobilités du XXIe siècle

En créant en 1974 le service de l’information et de la régulation automatique de la circulation (Sirac), l’intercommunalité strasbourgeoise était précurseur. 40 ans après, la structure gère une métropole plus vaste, avec des trafics différents et les perspectives nouvelles de mobilités.

Le Sirac, en quelques chiffres : 580 carrefours à gérer (103 au début), 240 caméras, 470 stations de mesure et d’analyse du trafic, 60 bornes escamotables, 10 000 écoliers accueillis chaque année. Sans oublier les panneaux à message variable, la priorité des trams aux carrefours, les interventions sur les radios locales et les informations fournies sur dna.fr et l’appli StrasMap, notamment.

Avec ses opérateurs actifs 24h/24, le Sirac a vu ses missions considérablement évoluer au fil des décennies avec l’explosion de l’offre de transports publics, y compris les "cars Macron". Et ce n’est pas fini : les évolutions des mobilités à prévoir vont encore représenter des composantes nouvelles à intégrer dans l’analyse et la surveillance des déplacements. Déjà, la présence des trottinettes, gyropodes, rollers électriques, mono roues parfois plus rapides que les vélos sont autant d’éléments nouveaux à prendre en compte. Quant aux véhicules de transport individuels ou collectifs autonomes, leur déploiement est imminent. La population de l’agglomération a gagné environ 100 000 habitants depuis la mise en place du Sirac.

Les opérateurs du Sirac s’appuient sur un système informatique capable de gérer la routine. Pour le reste, ils s’appuient sur leur expérience pour moduler les temps de vert et rouge à la situation rencontrée et sur les programmes préétablis par les ingénieurs du service. Sont ainsi prévus les concerts au Zenith ou au PMC, les matchs à la Meinau, les sessions du Parlement, etc.

Le Sirac est à ce jour la seule ville de France qui intègre les données en provenance des GPS des véhicules. Des expérimentations ont déjà été menées pour moduler les feux en tenant compte de ces données. Des capteurs de visibilité hivernale permettant d’alerter les conducteurs avant d’atteindre une telle zone. Le Sirac a commencé sa mutation vers la mobilité 3.0.