angle-left Bloc-notes - Quel avenir pour le commerce des communes et des quartiers de l’Eurométropole
Ajouter à mes favoris

Quel avenir pour le commerce des communes et des quartiers de l’Eurométropole ?

Le commerce de détail est confronté à de nombreux défis, dont certains sont nouveaux, comme le changement des habitudes des consommateurs et surtout, le développement constant du commerce en ligne. Etats des lieux et perspectives.

Une étude a été commandée par l’Eurométropole de Strasbourg afin de bien connaître les points forts et les points faibles de l’équipement commercial de l’agglomération, avant de définir les actions à mettre en œuvre. Un rappel : avec une population de 487 700 habitants en 2016, l’agglomération comptait 466 000 m2 de surfaces de plancher commercial, en légère hausse par rapport à 2012. Le nombre d’emplois dans le commerce a en revanche progressé dans cette période, passant de 49 000 à 51 300.

L’étude s’est attachée à évaluer l’attractivité des pôles commerciaux des quartiers de Strasbourg et des communes disposant d’un tissu commercial significatif. Elle propose aussi des pistes pour établir une feuille de route pour renforcer les pôles moins développés et conforter les autres.

Parmi celles-ci, la création d’un outil type SEM ou SPL (avec l’appui financier de la Caisse des Dépôts, par exemple) pour intervenir sur la maîtrise du bâti et la redensification des espaces centraux, proches des commerces. Il est aussi proposé de créer une cellule d’ingénierie en faveur des centres bourgs/centre ville pour accompagner les communes et coordonner des actions de revitalisation.

Des propositions plus directes sont également faites à l’Eurométropole, comme des chartes d’enseignes – entre autres – pour favoriser l’identité des secteurs commerciaux. Il est aussi question d’étendre l’opération "commerce & design" à toutes les communes, pour stimuler l’innovation dans les points de vente en rapport avec les nouveaux comportements d’achat. Un dispositif d’aide à l’investissement en faveur des commerçants ainsi que d’aide à l’innovation est également proposé, ainsi que des dispositifs comparables aux pépinières d’entreprises, pour permettre à des néo-commerçants de s’installer avec des charges réduites.

De nouveaux usages comme la géolocalisation systématique des commerces, l’accès au wifi étendu, des conciergeries, livraison à domicile, récupération d’achats en ligne au magasin, etc. figurent également parmi les propositions de l’étude. Ainsi que la création d’une structure de gouvernance du centre-ville de Strasbourg, en complément de l’action des Vitrines. Les communes, la CCI et l’Eurométropole ont entrepris de travailler sur ces sujets le 17 avril. La déclinaison des propositions et leur priorisation est à l’étude et fera l’objet de propositions aux exécutifs concernés dans les mois à venir.