angle-left Bloc-notes - Réduire les pollutions atmosphériques, un enjeu majeur les ZFE, des outils pour y parvenir
Ajouter à mes favoris

Réduire les pollutions atmosphériques, un enjeu majeur ; les ZFE, des outils pour y parvenir

Avec 220 zones à faibles émissions (ZFE) en Europe, dont 3 en France (dont une à Strasbourg), notre pays est un mauvais élève de la lutte contre les pollutions provoquées par les moyens de transport routiers. L’Eurométropole travaille à déployer ce dispositif avec 14 autres métropoles françaises.

Réduire les pollutions, la nécessité est consensuelle. Mais comment la matérialiser ? L’Eurométropole s’est engagée via la conférence des maires du 8 octobre dernier, à mettre en œuvre les meilleures solutions pour se mettre en conformité avec la réglementation européenne et, surtout, réduire l’exposition des habitants aux matières polluantes et dangereuses pour la santé.

Les édiles métropolitains ont demandé que cette démarche soit intégrée dans le cadre des travaux sur le "Grenelle" des mobilités afin d’élargir le champ des débats et de la recherche des solutions. Parmi celles-ci et en attendant les préconisations du « Grenelle », la mise en place de la vignette Crit’Air et les restrictions de circulation appliquées aux véhicules de livraison dans la Grande île représentent des premiers pas dans le déploiement d’une ZFE.

Par ailleurs, les analyses démontrent que la part modale des déplacements urbains dans notre agglomération en voiture est considérablement réduite depuis les années 1990, au profit des transports en commun et des pratiques cyclables. Le nombre des véhicules entrant dans l’Eurométropole est passé de 240 000 à 152 000 par jour entre 1990 et 2016 alors que l’usage des transports en commun a triplé au cours de la même période.

Il reste que malgré ces efforts, une pollution de fond aux particules fines et aux oxydes d’azote subsiste sur l’Eurométropole, dont 60% sont imputables au trafic routier. Quelles que soient les mesures à adopter, les élus sont attentifs à ce qu’ils soient connus au plus tôt pour permettre aux usagers de les anticiper. Par ailleurs, les systèmes de contrôle sont la base de la crédibilité et de l’efficacité des dispositifs appliqués.

Ces futures ZFE seront complémentaires des efforts sur tous les secteurs : mobilités, urbanisme, transition énergétique, agriculture, traitement des déchets, etc., et auront d’autant plus de sens qu’elles seront mises en œuvre sur un nombre croissant d’agglomérations en France et ailleurs.