null Bloc-notes - Viabilité hivernale : qui fait quoi dans l’Eurométropole ?

Ajouter à mes favoris

Viabilité hivernale : qui fait quoi dans l’Eurométropole ?

L’hiver approche. Neige et verglas restent possibles sur le territoire métropolitain, qui se prépare à toute éventualité.

Les prestations de viabilité hivernale (salage, sablage et raclage) des voies publiques sont réalisées sous l’autorité organisatrice du Service propreté urbaine. Selon les cas, ce sont soit les services de l’Eurométropole de Strasbourg, des communes, avec remboursement par le budget eurométropolitain des astreintes et des heures réalisées ou des prestataires titulaires d’un marché qui sont en charge de ces travaux.

Jean-Paul Preve, maire d’Oberschaeffolsheim

Q. : A l’échelle de l’agglomération, que représente la viabilité hivernale ?

R : "Ce sont 1800 km de routes et 400 km de pistes cyclables. Tous ces axes ne sont pas au même niveau de priorité. Les interventions sont appliquées selon le principe du salage différencié, selon l’intensité de l’événement météo. Une difficulté majeure réside dans le fait qu’entre les prévisions et la situation réelle, il existe parfois des différences notoires. Il reste que l’épandage de sel n’est pas systématique sur certaines voiries dans le cas de chutes de neige inférieures à 2 cm".

Q. : Comment est organisé le pilotage de ce dispositif ?

R : "Des cadres de la direction des services publics urbains, service propreté urbaine sont d’astreinte 24 h sur 24 dès l’arrivée des périodes de froid. Ils peuvent mettre en action jusqu’à 134 personnes pour opérer le déneigement, en cas de besoin. Trois niveaux d’intervention sont définis, avec des axes déneigés en permanence, d’autres après 3 h du matin et le troisième niveau, lorsque tout le reste a été opéré".

Q. : Avec le réchauffement climatique, les risques de neige et de verglas se réduisent. Faut-il conserver le même dispositif ?

R : "Notre travail consiste à éviter toute forme de risque pour l’ensemble de la population. Les piétons doivent pouvoir se rendre aux arrêts de bus, les voiries comportant des bandes cyclables sont à traiter, mais avec quels moyens et méthodes ? Il faut aussi réfléchit à la circulation des tramways, à l’impossibilité de saler dans des sites fragiles du point de vue écologique. Nous tenons ces débats en conférence des maires et il n’est pas question de faire courir des risques à nos concitoyens".