97 résultats
Résultats par page

null Lettre aux Strasbourgeois.es

Publié le 16/04/2021 - Modifié le 16/04/2021

Ajouter à mes favoris

Lettre aux Strasbourgeois.es

Vie politique et démocratique

La maire de Strasbourg adresse une lettre ouverte aux Strasbourgeois.es les informant que les porteurs du projet de la mosquée Eyyub Sultan ont retiré leur demande de subvention.

Strasbourg, le 16 avril 2021

Chères Strasbourgeoises, Chers Strasbourgeois,

Je m’adresse aujourd’hui à vous dans un contexte sanitaire, économique et social qui impose constance et responsabilité.
C’est dans un esprit d’apaisement et de concorde que je souhaite ainsi vous apporter toutes les informations sur le projet de subvention à la mosquée Eyyûb Sultan qui a fait tant de bruit ces dernières semaines. Je mesure l’incompréhension et l’émoi que cette polémique a causés chez nombre d’entre vous et j’entends répondre ici à votre besoin légitime d’explications.
La Ville de Strasbourg, en vertu du Concordat et du droit local, finance la construction de lieux de culte catholiques, protestants et israélites. Ces dispositions ont été progressivement étendues à d’autres cultes, du fait du volontarisme des élu·es de Strasbourg. Plus de 22 millions d’euros de subventions ont ainsi été octroyés depuis 2008 par la Ville, dont environ 8,6 millions pour les cultes protestants, 7,7 millions pour le culte catholique, 3,7 millions pour le culte musulman et 1 million pour le culte israélite.
C’est pour répondre au principe essentiel d’équité que la demande de subvention reçue fin 2020 pour la construction de la mosquée Eyyûb Sultan a été présentée au Conseil municipal du 22 mars, dans les mêmes formes que l’ensemble des délibérations relatives au financement des cultes à Strasbourg depuis de longues années. Les municipalités précédentes avaient fortement soutenu ce projet, au point de modifier les règles d’urbanisme pour en permettre la réalisation. La première pierre de l’édifice a été posée en 2017, en présence du Préfet de région Jean-Luc Marx, de mon prédécesseur Roland Ries et de nombreux autres élu·es. C’est donc dans la continuité des actes et des usages du Conseil municipal de Strasbourg que nous avons examiné cette demande de subvention. 
Je veux être parfaitement claire : je n’ai jamais été alertée par l’Etat quant au risque d’atteinte aux principes républicains et à la sécurité nationale par l’association porteuse du projet. Aucun élément concret ne m’a d’ailleurs été transmis à ce jour. Si cela avait été le cas, aucun projet de subvention n’aurait été présenté en Conseil municipal. Dans ce contexte, le fait que l’État entretienne lui-même des relations avec la même association à Strasbourg, via différentes subventions et partenariats, ne manque pas d’interroger.
Qu’en est-il aujourd’hui de ce projet de subvention ? L’instruction du dossier s’est poursuivie en ce mois d’avril, conformément aux engagements pris lors du conseil municipal du 22 mars. J’avais conditionné le versement d’une subvention à la confirmation par l’association de son inscription dans les principes républicains et à la présentation d’un plan de financement transparent et consolidé. Sur le premier point, il appartient à chacun – et en premier à l’État – d’apprécier les clarifications apportées récemment par l’association. Sur le second point, les porteurs du projet ont constaté le besoin de consolider leur plan de financement et ont donc retiré le 15 avril leur demande de subvention. Je prends acte de ce retrait et la Ville ne versera donc pas en l’état de subvention pour la poursuite de la construction de la mosquée.
Au-delà des aspects spécifiques à ce dossier, je suis attentive aux nombreuses questions qui entourent les relations spécifiques aux cultes sur notre territoire. C’est la raison pour laquelle j’engagerai, dans les prochaines semaines, un travail constructif avec les représentants des groupes politiques au Conseil municipal, les représentants des cultes et d’autres acteurs locaux, pour rendre plus transparentes et équitables les procédures d’attribution de financement et de soutien aux cultes. Je sais pouvoir compter sur vous, habitantes et habitants de Strasbourg, pour participer à ce débat et l’enrichir de vos contributions.
Soyez assuré·es de mon engagement républicain sans équivoque, à votre service et malgré les menaces dont je fais l’objet. J’œuvre dans le strict respect de l’État de droit et des responsabilités qui m’incombent en tant que maire, pour faire face aux multiples crises : sanitaire, économique, sociale et écologique. 
Au cours des dernières semaines, des Strasbourgeois·es ont été stigmatisé·es en raison de leur confession ou de leurs origines. Je ne peux l’accepter. Je suis pleinement engagée dans le combat contre toute forme d’injustice et de haine, dans le strict respect de la liberté de conscience et d’expression. Je combats les discriminations faites aux musulmans comme je combats l’antisémitisme sous tous ses aspects. Je regrette profondément que notre ville et ses habitant·es aient subi les conséquences de ces polémiques qui ont attisé peurs, haines et rejets. 
Il est maintenant de notre responsabilité collective – j’y prends toute ma part – de rappeler pourquoi nous sommes si fier·es de Strasbourg : une ville qui symbolise la réconciliation entre les peuples et concrétise l’idéal d’une Europe de paix et de solidarité ; une capitale européenne de la démocratie et des droits humains ; une terre d’accueil humaniste, riche des cultures qui l’animent et la nourrissent ; le berceau d’un dialogue interreligieux de qualité au sein d’une République sociale et laïque ; une ville résiliente par son histoire comme pour son avenir, emplie des espoirs des jeunes générations.
Ces repères nous unissent indéfectiblement. Vous pouvez compter sur mon engagement pour les porter sans relâche, avec détermination et humilité, au service de l’intérêt général, auprès de chacune et de chacun d’entre vous.

Jeanne BARSEGHIAN
Maire de Strasbourg