53 résultats
Résultats par page

null Maison du dessin de presse

Publié le 12/01/2022 - Modifié le 12/01/2022

Ajouter à mes favoris

Maison du dessin de presse

Culture

Strasbourg prend acte de la décision du président de la République d’installer la Maison du dessin de presse à Paris

Berceau de l’imprimerie et siège du Musée Tomi Ungerer - Centre international de l’Illustration, la Ville de Strasbourg, longtemps dans la course pour accueillir la Maison du dessin de presse et du dessin satirique, tient à faire savoir sa déception de ne pas accueillir un tel établissement sur son territoire.

Dans son passé comme dans son présent, la satire et le dessin de presse ont toujours été liés à Strasbourg. Au printemps dernier, la Ville de Strasbourg avait choisi ce thème à l’occasion des 6e Rencontres de l’Illustration, preuve de son attachement à cet exercice. Aussi on notera l'exposition “Rires à pleines dents, six siècles de satire graphique” visible jusqu’au 13 janvier au Musée Tomi Ungerer. À noter qu’il s'agit de la première exposition depuis un demi-siècle dans une grande institution française.

" Si le choix de Paris – profondément meurtrie en 2015 par les attentats de Charlie Hebdo –  fait sens à plus d’un titre, la candidature de Strasbourg était tout aussi pertinente, notamment grâce à la vitalité de son écosystème en matière d’illustration et de tradition satirique. Ce projet est aussi en totale cohérence avec les valeurs que nous défendons dans la Capitale européenne et des droits humains : celles, non négociables, de la liberté d’expression et de la liberté de la presse ", a réagi Jeanne Barseghian, maire de Strasbourg.

" La possible implantation de la Maison du dessin de presse à Strasbourg pour laquelle nous nous sommes mobilisés résonnait de manière particulièrement forte avec notre candidature au label capitale mondiale du livre décerné par l’Unesco ", a rappelé Anne Mistler, adjointe aux arts et aux cultures.

Après plusieurs échanges et réunions de travail avec le ministère de la Culture, dont une visite sur le terrain de l’Inspectrice générale des affaires culturelles en mars 2020 à la rencontre des institutions et acteurs strasbourgeois, la Ville de Strasbourg reste convaincue qu’elle a sa part à prendre dans le fonctionnement de ce nouvel établissement dont la portée doit aller au-delà de la seule région parisienne.

La mise en réseau des acteurs de l’illustration et de la presse, l’accueil de grandes expositions nationales et internationales ou la création de parcours d’éducation à l’image et de médiation, sont autant de volets qui pourraient prendre corps à Strasbourg pour nourrir un ancrage décentralisé de la future Maison.