56 résultats
Résultats par page
angle-left Travail d'intérêt général

Publié le 18/11/2019 - Modifié le 18/11/2019

Ajouter à mes favoris

Travail d'intérêt général

Solidarité, santé

L’Eurométropole de Strasbourg témoigne d’un engagement de longue date lors d’une cérémonie au ministère de la Justice 

Il y a près de vingt ans, la Ville et l’Eurométropole de Strasbourg décidaient, par un acte fort, de mobiliser d’importants moyens financiers et humains au bénéfice du travail d’intérêt général, de la réinsertion socio-professionnelle et de la prévention contre la récidive. Dans ce laps de temps, plus de 3000 personnes auront ainsi bénéficié de ce dispositif dynamique et innovant, qui place Strasbourg au rang des collectivités françaises les plus performantes en la matière.

Moins d’un an après la création de l’Agence nationale du travail d’intérêt général (TIG), un accord-cadre a été signé mardi 12 novembre à Paris par la Garde des Sceaux avec une trentaine de partenaires – organes ministériels, collectivités, entreprises chargées d’un service public, bailleurs sociaux, grandes associations caritatives –, en présence du Président de l’Eurométropole de Strasbourg. 

Cette convention signée par l’Etat permettra de faciliter l’accueil de personnes devant réaliser un travail gratuit au profit de la collectivité et de démultiplier ainsi le nombre de postes. L’agence nationale entend passer de 18.000 (chiffre de 2018) à 30.000 places à l’horizon 2022. Les magistrats se verront davantage incités à recourir à une peine de TIG en guise d’alternative à une courte peine d’emprisonnement.

Pour accompagner cette cérémonie, l’Eurométropole de Strasbourg a été invitée à  témoigner de son expérience du TIG.

Le Président de l’Eurométropole est ainsi revenu sur la diversité des secteurs dans lesquels les offres de poste sont envisagées et comment cette large gamme permet de mieux s’adapter aux profils des personnes accueillies. Pas moins de 8 directions différentes de l’administration sont à présent investies dans la démarche, pour 90 postes ouverts toute l’année, mobilisant autant d’encadrant.e.s bénévoles, spécialement formés.

Les missions de ces travailleurs d’intérêt général se déploient dans des champs aussi variés que l’entretien, la manutention ou l’archivage, en passant par le jardinage, l’accueil, la surveillance d’expositions, l’informatique ou l’aide à la restauration scolaire.  

Leur parcours bénéficie d’un suivi individualisé, dans l’objectif d’une réinsertion pour les adultes et d’une préparation à la vie professionnelle pour les mineurs. L’objectif pour la collectivité est de rapprocher le monde du travail et la peine judiciaire. La sanction pénale consiste ainsi à faire effectuer une activité utile à la société dans le cadre d’une démarche réparatrice et d’appui à une démarche d’insertion. 

Retrouvez toutes les informations sur le TIG sur la page dédiée.