91 résultats
Résultats par page

Retour webmag - « Veille sur tes ami.es », une campagne contre la soumission chimique

Publié le 05/12/2022 - Modifié le 05/12/2022

Ajouter à mes favoris

« Veille sur tes ami.es », une campagne contre la soumission chimique

Solidarité, santé Sécurité publique

La Ville de Strasbourg, la préfecture et leurs partenaires agissent pour la prévention des violences sexuelles et sexistes dans les lieux de vie nocturne.

La Ville de Strasbourg, la préfecture et leurs partenaires agissent pour la prévention des violences sexuelles et sexistes dans les lieux de vie nocturne."C’est un risque diffus et sournois", prévient Joël Steffen, adjoint à la maire chargé de la vie nocturne. La Ville de Strasbourg et la préfecture, en partenariat avec les acteurs du monde de la nuit et du milieu associatif, lancent une campagne de prévention pour lutter contre "la soumission chimique". Somnolence, perte de connaissance, amnésie… L’ingestion de substance telles que le GHB ou le GBL plonge les victimes dans un état de grande vulnérabilité. 
Ces "drogues du violeur" peuvent être administrées sous forme liquide ou en poudre et la municipalité entend éveiller la vigilance à la fois des professionnels de la nuit et de ceux qui font la fête, les étudiants en tête. Le premier volet de la campagne de communication, "veille sur tes ami.es", s’adresse aux victimes. "L’idée est de savoir comment on prend soin les uns des autres quand fait on la fête", précise Nadia Zourgui, adjointe à la maire en charge de la tranquillité publique. Le deuxième volet, "Protégez vos client.es", tourné vers les acteurs du monde de la nuit, donne les outils pour détecter, mettre à l’abri, et orienter les victimes. 
Cette campagne s’inscrit dans la démarche Shine, un programme européen de lutte contre les violences sexistes et sexuelles sur les lieux de vie nocturne, auquel la Ville de Strasbourg prend part. Dans ce cadre, un label "Safe place" devrait bientôt pouvoir être accordé aux établissements de nuit formés à la prise en charge des victimes.

Anne Dory
Photos Philippe Stirnweiss