52 résultats
Résultats par page

null Webmag - En 2024, Strasbourg sera capitale mondiale du livre

Publié le 25/02/2019 - Modifié le 25/02/2019

Ajouter à mes favoris

En 2024, Strasbourg sera capitale mondiale du livre

Culture Égalité Enfance, éducation

L’Unesco a décerné ce titre à la ville le 20 juillet. Une récompense pour l’écosystème déjà en place qui permettra également de développer de nouveaux projets, notamment pour faciliter l’accès à la lecture.

Gutenberg, qui inventa l’imprimerie à Strasbourg au XVème siècle, aurait de quoi être fier. L’Unesco a décidé d’accorder à la ville le titre de capitale mondiale du livre pour l’année 2024. "C’est une très bonne nouvelle pour le territoire mais aussi pour la France : nous sommes la première ville française à obtenir cette distinction, a réagi Jeanne Barseghian, la maire. Nous sommes convaincues que la lecture est un puissant moyen de transformation de la société. Nous avons donc insisté, dans notre dossier de candidature, sur la place du livre dans les enjeux sociétaux comme la lutte contre les inégalités, les discriminations et le changement climatique." 

Si Strasbourg ne détiendra ce titre que pour une année, en 2024, une programmation d’évènements ponctuels et de projets sur le long terme sera mis en place dès la fin de l’année, pour se développer en 2023, atteindre son apogée en 2024 et se poursuivre jusqu’en 2025. Un budget de 4,5 millions d’euros sera dédié à l’ensemble de cette période.

"Nous travaillons déjà avec plus de 150 partenaires, comme l’université, les Hôpitaux, le centre international du livre, la région Grand Est, les médiathèques, les maisons d’éditions, les associations et les librairies. C’est un écosystème formidable qui a fortement joué dans l’obtention du titre de capitale mondiale du livre", a ajouté Jeanne Barseghian. Faciliter l’inclusion et l’accès à la lecture -15% des enfants ne possèdent pas de livre à domicile- fera partie des priorités de la Ville. L.D.

Lire le dossier de Strasbourg Magazine consacré à la candidature de Strasbourg.  

Photos Jérôme Dorkel et LubosHouska