45 résultats
Résultats par page
angle-left Webmag - Coup de jeune pour un vénérable mur d’enceinte

Publié le 11/10/2019 - Modifié le 11/10/2019

Ajouter à mes favoris

Coup de jeune pour un vénérable mur d’enceinte

Culture , Urbanisme, logement , Travaux

La rénovation du rempart médiéval Sainte-Madeleine remontant à 1228 aura duré quatorze mois.

Il suffit d’un brin d’imagination pour se projeter au XIIIe siècle. Il faut ensuite se figurer le chemin de ronde, les congrégations installant leurs œuvres de bienfaisance et les industrieux artisans des faubourgs développant leurs commerces pour desservir la population croissante de Strasbourg.

Inscrit à l’inventaire des Monuments historiques depuis 1929, le pan de mur de 128 mètres de long et 1,70 mètre d’épaisseur qui part du groupe élémentaire Sainte-Madeleine, traverse la place du même nom pour finalement rejoindre le lycée Jean-Geiler, a fait l’objet d’une rénovation de quatorze mois pour retrouver son lustre d’antan.

Il permet de se représenter le troisième agrandissement de l’enceinte de la ville, dont il demeure l’un des derniers vestiges.

Une première depuis un siècle pour le vénérable ouvrage, dont le lustre avait terni par les affres de la pollution urbaine et les méfaits de l’âge : végétation, mousse et croûtes noirâtres ont été éliminées, les briques déchaussées remplacées par des briques neuves artisanales.

Un projet dont la maîtrise d’œuvre a été confiée au cabinet Lama Architectes et à l’Atelier d&b, tandis que l’entreprise Chanzy-Pardoux avait la charge des travaux. Sans oublier le minutieux travail de fouille mené par Archéologie Alsace, pour lire dans la pierre l’enchevêtrement des strates temporelles. Le projet aura mobilisé un budget de 450.000 euros.

Gilles Bouvaist
Photos Jérôme Dorkel