70 résultats
Résultats par page
angle-left Webmag - Des stèles funéraires découvertes à l’entrée de Koenigshoffen

Publié le 28/06/2018 - Modifié le 20/08/2018

Ajouter à mes favoris

Des stèles funéraires découvertes à l’entrée de Koenigshoffen

Culture , Transport, déplacement

Les stèles funéraires de deux militaires de la VIIIe légion Auguste viennent d’être découvertes dans le cadre des fouilles archéologiques menées sur le chantier d’extension du tramway.

Les fouilles archéologiques menées depuis fin février sur le chantier de l’extension du tramway en direction de Koenigshoffen ont permis la découverte, à proximité du 2 route des Romains, de deux stèles funéraires romaines dans un très bon état de conservation.

Mercredi 27 juin, les deux vestiges en grès rose, d’une longueur de 2,10m, ont été extraits pour être confiés au Musée archéologique de Strasbourg. Ils y seront exposés d’ici quelques mois, le temps de les nettoyer et de les restaurer.

Premières stèles de légionnaires découvertes

"C’est toujours un bonheur d’augmenter la collection du musée, mais ça l’est d’autant plus aujourd’hui car, pour la première fois, les stèles découvertes sont des stèles de légionnaires de la VIIIe légion Auguste, installée à Strasbourg de la fin du 1er siècle après J-C jusqu’à la fin de l’Empire", affirme Bernadette Schnitzler, conservatrice du Musée archéologique.

L’une des stèles serait celle d’un certain Caius Caprius, militaire architecte mort à 42 ans après avoir servi pendant 22 ans la légion.

"Ce site abritait une nécropole progressivement démantelée avec l’expansion de l’urbanisation et transformée en quartier d’habitation à partir du 2e siècle", explique Axelle Murer, à la tête de l’équipe d’Antéa Archéologie chargée des fouilles. 

"Nous y avons également trouvé des puits, des caves, des latrines et cinq fours de potiers, rappelant l’importance de l’artisanat dans le quartier." (voir le webmag Koenigshoffen la romaine)

Retrouvées dans une fosse d’extraction, les deux stèles seront scrupuleusement étudiées de leur facture aux méthodes de taille, en passant par l’épigraphie.

Julia Vuillier-Devillers
Photos Philippe Schalk