69 résultats
Résultats par page

null Webmag - Une expo pour s’interroger sur la nature en ville

Publié le 24/05/2022 - Modifié le 24/05/2022

Ajouter à mes favoris

Une expo pour s’interroger sur la nature en ville

Culture Environnement

À travers seize œuvres, installées sur la presqu’île Malraux et dans les parcs du Heyritz et de la Citadelle, des élèves de la Hear invitent le public à changer de regard sur la biodiversité et à en apprendre plus sur ces espaces. Une exposition baptisée "Grandeur nature", visible du 23 au 29 mai.

Sur deux panneaux d’affichage, le dessin très appétissant d’un sandwich et d’un pain sont surmontés de l’inscription "Ce n’est pas bon…" Paradoxal ? Pas si vous observez le verso : une autre scène se dévoile. Dans des couleurs beaucoup plus sombres, elle montre une personne nourrissant oiseaux et ragondins. "On projette ce que nous aimons sur les animaux sans se demander si c’est bon pour eux, explique Pauline Geronimi, étudiante à l’origine de cette œuvre. Je voulais représenter cette invasion d’oiseaux, attirés par la nourriture qu’on leur donne et la chaleur de la ville, alors que ce milieu n’est pas du tout adapté. Ils se battent, s’épuisent et se transmettent des maladies."

Plus loin sur la presqu’île Malraux, au pied de la médiathèque, d’autres dessins invitent à prendre conscience des "insectes, rongeurs, champignons et oiseaux qui viennent chercher un abri" dans le creux d’un arbre mort. "J’aimais l’idée de montrer que ce qui est considéré comme inutile, cet arbre mort, abrite en réalité énormément d’espèces," commente Julia Hess, également étudiante à la Haute école des arts du Rhin (Hear).

Nature et biodiversité des espaces transformés

Du 23 au 29 mai, ces deux œuvres ainsi que quatorze autres créations des élèves de la Hear incitent à réfléchir et à changer de regard sur la biodiversité en ville. Cette exposition en plein air, baptisée "Grandeur nature", résulte d’une collaboration entre l’école, l’Office français de la biodiversité et la Ville de Strasbourg.

"Les thématiques ont été choisies ensemble : la trame noire (1) et les sciences participatives au parc du Heyritz, l’importance des arbres et des animaux sur la presqu’île Malraux et la biodiversité des espaces en friche dans le parc de la Citadelle, détaille Michèle Leckler, conseillère de l’Eurométropole en charge de la végétalisation. Ces travaux lient les grands enjeux écologiques, économiques et sociétaux à la réalité du territoire."

Pour mener à bien le projet, les étudiants et étudiantes, qui apprennent la didactique visuelle (2), ont participé à des réunions et une journée d’études. Objectif : "Mieux connaître ces espaces, d’anciennes zones industrielles considérablement transformées ces dernières années et reliées au reste de la ville, complète David Cascaro, directeur général de la Hear. Ce parcours donne une lecture et une compréhension de la ville, ce qui est aussi le rôle des artistes." Les informations détaillées peuvent être visualisées en flashant le QR code présent sur chacune des œuvres. L.D.

Photos Alban Hefti

(1) Trame noire : zones préservées de l’éclairage artificiel afin de ne pas perturber la faune et la flore.

(2) Didactique visuelle : pédagogie par l’image, qui permet de transmettre des savoirs, des connaissances scientifiques et de faire de la médiation culturelle.