67 résultats
Résultats par page

null Webmag - Un moule à kouglof originaire de Lorraine découvert à Strasbourg

Publié le 01/04/2022 - Modifié le 01/04/2022

Ajouter à mes favoris

Un moule à kouglof originaire de Lorraine découvert à Strasbourg

Culture

Cette découverte archéologique bouleverse les certitudes historiques : il s’agit du plus vieux moule à kouglof connu, ce qui signifie que la spécialité culinaire alsacienne serait en réalité lorraine.

C’est un secret qui a été soigneusement préservé ces dernières semaines. Des ouvriers ont découvert plusieurs vestiges anciens sur le chantier du centre administratif de la Ville de Strasbourg. Parmi eux, les fragments d’un moule à kouglof qui a été reconstitué.

"Les premières données issues de l’analyse stratigraphique indiquent que cette poterie date au moins du 15ème siècle, explique Mathilde Villette, conservatrice du musée archéologique de Strasbourg. Elle se trouvait dans une couche avec d’autres céramiques datées de la même époque." 

Cela fait de ce moule le plus ancien jamais découvert en France ou en Allemagne : la plupart des moules à kouglofs connus remontent au 18ème siècle, voire au 17ème siècle pour les plus anciens. Plus surprenant encore, ce moule à kouglof porte la signature d’une officine de potiers située en Lorraine. "Des fouilles réalisées entre 1983 et 1988, dans le quartier du Pontiffroy à Metz, ont mis au jour un site de production de poêles et de céramiques qui a été actif entre le 13ème et le 15ème siècle, ajoute Marie Pottecher, conservatrice du musée alsacien. La signature apposée sur le moule à kouglof est identique à celle des objets découverts sur ce site." Des données corroborées par l’analyse macroscopique de la pâte du moule, autrement dit la composition de l’argile, typique des sols lorrains.

Les musées lorrains intéressés par le moule à kouglof

Cette découverte archéologique atteste que le kouglof a fait son apparition en Lorraine bien avant d’arriver en Alsace. "Il va y avoir un arbitrage en lien avec la Direction régionale des Affaires culturelles (Drac) Grand Est pour savoir quel musée va conserver cette pièce exceptionnelle, reprend Marie Pottecher. Le musée alsacien est intéressé bien sûr, mais le musée lorrain de Nancy et le musée de la Cour d’Or de Metz se sont aussi positionnés." 

Vu l’importance de cette trouvaille, le chantier d’extension du centre administratif pourrait être arrêté afin que le Service régional de l’archéologie mène des fouilles complémentaires. Mathilde Villette, au musée archéologique, et Marie Pottecher, au musée alsacien, vont continuer d’étudier le moule. Les deux conservatrices tombent d’accord sur un élément à résoudre : "Vu l’ancienneté de la poterie, l’intégrité de l’objet et les traces d’utilisation observées, la question de son usage se pose. Est-ce qu’il s’agit d’un simple moule pour cuisiner le kouglof ? Ou, étant donné son état de conservation exceptionnel, est-ce que cet objet présente une dimension votive ou cultuelle, pour une offrande faite à Saint-Nicolas par exemple ?" 

Léa Davy

Photos Claude Harter