47 résultats
Résultats par page
angle-left Webmag - La CTS expérimente l’arrêt à la demande pour les femmes en soirée

Publié le 14/06/2019 - Modifié le 15/07/2019

Ajouter à mes favoris

La CTS expérimente l’arrêt à la demande pour les femmes en soirée

Égalité , Transport, déplacement

A partir du lundi 17 juin, de 22h jusqu’à minuit, les femmes passagères de la ligne 24 pourront demander au chauffeur du bus de les laisser descendre entre deux arrêts.

Cette mesure mise en place sur la ligne 24 par la Compagnie de transport strasbourgeois vise à lutter contre le harcèlement de rue en facilitant le retour des femmes au plus près de leur domicile.

"Aujourd’hui, le harcèlement de rue est malheureusement une réalité sociale qu’il faut compenser. Avec cette expérimentation, nous allons préfigurer l’amendement au projet de loi sur la mobilité qui doit passer en lecture à l’Assemblée d’ici l’été", rappelle Alain Fontanel, président de la CTS. Les femmes seules qui souhaitent bénéficier de ce nouveau service devront se signaler au chauffeur à leur montée dans le bus.

Une expérimenation d'au moins 6 mois

Pour cette expérimentation de six à neuf mois, le choix s’est porté sur la ligne 24 qui relie l’Ancienne Douane à Neuhof Stéphanie. "C’est la ligne la plus appropriée pour cette expérimentation car son trajet est jalonné de tissus urbains très variés et représentatifs de l’ensemble des lignes du réseau", explique Jean-Philippe Lally, directeur général de la CTS. Effectivement, cette ligne dessert le centre-ville, une zone pavillonnaire et des HLM. La centaine d’usagers en soirée permettra de réaliser à l’issue de l’expérimentation une étude quantitative et qualitative.

Des conducteurs formés

Si les usagères pourront demander l’arrêt n’importe quand, celui-ci de ne se fera pas n’importe où. Avant la mise en place du service, le parcours a été cartographié avec minutie en présence des conducteurs de bus. Un plan a été établi pour localiser les zones autorisées en dehors des arrêts traditionnels, pour garantir la sécurité lors de la descente du bus. Environ 300 chauffeurs ont été formés à cette modification de leur pratique de conduite.

L’objectif est, à la fin de cette expérimentation, d’étendre le dispositif à l’ensemble des lignes du réseau de bus de la CTS.

 

Sophie Cambra
Photos Philippe Stirnweiss et Simon Whitaker