45 résultats
Résultats par page
angle-left Webmag - Le marché off anime la ville

Publié le 21/11/2018 - Modifié le 21/11/2018

Ajouter à mes favoris

Le marché off anime la ville

Culture

Près de 60 animations sont prévues pendant le marché off de Noël, dédié aux solutions alternatives et à l’économie sociale et solidaire.

Ateliers pour fabriquer ses propres cadeaux de Noël, goûter avec des produits du commerce équitable, conférence débat sur le Stück, la monnaie alternative de Strasbourg, dégustation de vins nature, concert de musique folk, disco soupe, rencontre avec les vidéastes d’Osons causer… Cette année, les animations du marché off prennent de l’ampleur.

L’événement vise toujours à faire découvrir à travers des stands d’information une vingtaine d’associations et d’entreprises du secteur de l’économie sociale et solidaire, autrement dit engagées dans une démarche sociale, écologique, solidaire ou éthique. Mais il permet aussi aux Strasbourgeois de tester des solutions alternatives pour privilégier une consommation plus responsable.

Le marché off se déroulera du 23 novembre au 24 décembre, de 11h à 20h, place Grimmeissen, à la Petite France. Un espace restauration, qui proposera des plats à base de produits locaux et/ou bio, a aussi été installé. Le programme complet des animations est disponible sur place ou à télécharger sur www.zigetzag.info ou www.noel.strasbourg.eu (insérer les liens ici). À noter qu’il faut s’inscrire pour participer à certains ateliers. 

Echanger avec le public


À travers ces animations, la Chambre de consommation d’Alsace (CCA) et la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire (Cress), coorganisateurs du marché off, ainsi que la Ville de Strasbourg, souhaitent donner un coup de pouce aux jeunes entrepreneurs. 
"Nous avons instauré un système de stands éphémères, pour que chacun ait accès au marché de Noël, explique Fritz Fernandez, de la CCA. Et la participation financière à l’événement ne se fait pas en fonction du nombre de jours de présence mais selon le nombre de salariés, le chiffre d’affaire ou le potentiel de vente."
Pour résumer, les gros acteurs paient plus que les petites associations. Un système solidaire adopté de manière collégiale par tous les participants, qui se feront un plaisir d’échanger avec le public sur leur fonctionnement. 


Léa Davy
Photo Jérôme Dorkel