66 résultats
Résultats par page
angle-left Webmag - Mobilier de récup pour la pépinière de Hautepierre

Publié le 10/04/2019 - Modifié le 07/05/2019

Ajouter à mes favoris

Mobilier de récup’ pour la pépinière de Hautepierre

Économie , Environnement

L’Eurométropole a fait appel à une architecte-décoratrice, à Envie, Emmaüs et la Banque de l’objet pour acheter du mobilier d’occasion afin d’équiper la pépinière.

C’est une première pour tout le monde. Pour la pépinière de Hautepierre, qui dispose depuis l’été 2018 de mange-debout réalisés par Envie avec des tambours de machine à laver ; d’un échiquier, d’un établi de présentation et de tables et de chaises pour ses espaces conviviaux chinés chez Emmaüs et la Banque de l’Objet. Pour l’Eurométropole, qui n’avait jamais acheté de meubles d’occasion ou dit en réemploi. Pour Emmaüs, qui n’avait jamais répondu à un marché public. 

Et, enfin, pour Sylvie Corbetta, architecte-décoratrice chargée de dénicher les meubles en question et "d’apporter une cohérence d’ensemble pour la décoration de la pépinière".

Ecologique et solidaire 
Cette action, pour l’instant unique en France, a été initiée pour des raisons écologiques, économiques et solidaires : la collectivité donne ainsi une seconde vie à des fournitures destinées à être recyclées ou jetées, réalise des économies estimées à 12 % par rapport à l’achat de mobilier équivalent en neuf et favorise l’insertion des personnes en difficultés employées par Emmaüs et Envie.

Elle a impliqué d’adapter les procédures des marchés publics, afin qu’elles soient accessibles à ces acteurs du réemploi. La nature même de leur activité fait "qu’ils ne possèdent pas de catalogue, de mobilier standardisé. Nous les avons accompagnés pour qu’ils répondent à notre offre et ajusté celle-ci à des critères de développement durable", raconte Martine Schmider, du service Emploi et économie solidaire de l’Eurométropole.

La démarche devrait être généralisée pour les espaces conviviaux des sites de la collectivité, à commencer par l’Hôtel des forges et la Maison de l’insertion et de l’emploi du Neuhof. Et les entrepreneurs de la pépinière dans tout cela ? "Cela fait du bien d’avoir du mobilier moins normé, estime Coralie Diatkine, créatrice d’un studio de design sonore Sound is more. Ça a dû être un vrai challenge de trouver des meubles durables et faciles d’entretien".

 

Léa Davy
Photo Philippe Schalk