41 résultats
Résultats par page
angle-left Webmag - Mobilisés contre les perturbateurs endocriniens

Publié le 02/07/2019 - Modifié le 02/07/2019

Ajouter à mes favoris

Mobilisés contre
les perturbateurs endocriniens

Solidarité, santé , Vie politique et démocratique

Un groupe de Strasbourgeois a constitué des ateliers d’initiative citoyenne pour s’emparer du sujet.

Lundi 1er juillet, une dizaine de femmes participent à un atelier de sensibilisation sur les perturbateurs endocriniens. De curieuses petites choses que la majorité d’entre elles ne connaissaient pas et qui peuvent avoir de graves conséquences : dérèglement hormonal, perte de fertilité, puberté précoce, diabète, cancer...
"Le gros problème de ce poison, explique Alexandre Feltz, adjoint au maire en charge de la santé, ce n’est pas la dose dans le corps, mais son timing. Les plus gros dégâts surviennent pendant la grossesse, puis dans les premiers mois de la vie."

Des préconisations concrètes

La Ville travaille depuis 2016 sur ces questions, et est désormais rejointe dans cette lutte par des Strasbourgeois engagés. 
"Le pacte pour la démocratie permet d’élargir les modalités d’implication citoyenne, explique Chantal Cutajar, adjointe au maire en charge de la démocratie locale. Les habitants ont souhaité s’en servir pour réfléchir autour des perturbateurs endocriniens et aller plus loin." 
Un groupe s’est donc constitué et a mené quatre ateliers de mars à juin. Portant sur l’alimentation, les déchets, la présence dans l’air et l’eau des perturbateurs endocriniens et leurs aspects sociétaux, ces moments de réflexion, accompagnés par des experts et professionnels de la question, ont débouché sur un rapport assorti de préconisations.
"Nous proposons des idées applicables à la fois au niveau local, national et européen, explique Ludivine Quintallet, la Strasbourgeoise à l’initiative de ces ateliers. Comme par exemple les exclure des achats via les marchés publics, interdire pour de vrai le glyphosate ou encore lutter contre l’obsolescence programmée."
Attendues pour septembre, ces préconisations pourront, espèrent les membres de l’atelier, être reprises par les candidats aux élections municipales pour ensuite être le plus largement appliquées.

Véronique Kolb
Photos Philippe Schalk