null Webmag - Odile Lassère : "Faire du musée un lieu de vie"

Publié le 18/05/2022 - Modifié le 18/05/2022

Odile Lassère : "Faire du musée un lieu de vie"

La nouvelle conservatrice du Musée historique arrive de Nancy et entend développer l’attractivité de l’établissement centenaire, porte d’entrée sur Strasbourg et son histoire.

Vous arrivez à la tête du Musée historique avec une solide expérience…
Une expérience de plus de 25 ans, entamée dans le Calvados en 1994, après mon diplôme de gestion des institutions culturelles. J’ai connu ensuite Pessac, puis la ville de Neuilly et le département de la Seine-et-Marne.

J’ai rejoint ce qui est aujourd’hui le Grand Est au Musée de l’histoire du fer à Jarville, puis en tant que directrice déléguée du pôle muséal du Grand Nancy. Désormais, mon présent va s’écrire à Strasbourg. Je suis très heureuse d’être là, c’est une véritable opportunité, ainsi qu’un changement de dimension, que d’arriver dans une ville à vocation européenne, au sein d’un établissement d’envergure, prestigieux et plus que centenaire.

Quelles conceptions avez-vous de votre rôle et de votre mission ?
Un conservateur tient avant tout un rôle de passeur, de garant de la transmission. J’ai toujours voulu rapprocher les publics des collections dont j’étais en charge. Cet aspect de médiation est très important. Un musée ne vit pas sans ses publics, pas plus qu’il ne vit sans les objets qu’il détient et qu’il expose. Les objets racontent l’histoire et des histoires. J’ai aussi cette volonté de raccrocher le patrimoine et l’histoire au présent, à l’actualité.

Quels sont vos projets pour le Musée historique ?
Dans la continuité de ce qui a été fait, je souhaite qu’il s’ancre dans sa dimension de musée citoyen. Qu’il ne soit pas uniquement un lieu d’exposition des objets patrimoniaux, mais qu’il permette de croiser les registres, d’entrer aussi en résonance avec les autres musées de la ville et avec la politique culturelle menée par la municipalité.

Ce musée doit être une porte d’entrée à Strasbourg, pour les touristes comme pour les habitants, ainsi qu’un lieu de vie que l’on a plaisir à visiter et à redécouvrir. Que le public vienne et revienne encore, oui, c’est l’objectif, et je vais travailler pour proposer des projets en ce sens.

Propos recueillis par Pascal Simonin

Photos Jean-François Badias