77 résultats
Résultats par page

null webmag - L’atelier de confection Presta’Terre se lance dans le textile

Publié le 26/02/2021 - Modifié le 02/03/2021

Ajouter à mes favoris

L’atelier de confection Presta’Terre se lance dans le textile

Économie Solidarité, santé

Lancée le 28 avril 2020 pour répondre à la pénurie de matériel de protection du Covid-19, l’usine de confection de masques lavables de l’entreprise d’insertion Presta’Terre veut désormais développer son activité dans le textile à Strasbourg.

Des salariés de l'entreprise d'insertion Presta'terre en train de coudre des masques.Dans cet immense hangar de plusieurs centaines de mètres carrés, les machines à coudre tournent à plein régime. Les mains des salariés effectuent des gestes rapides et minutieux. En quelques minutes, des petits tas de masques réutilisables s’amoncellent. Installé à la Meinau, à la Plaine des Bouchers, en seulement quinze jours par le groupe Altair à la fin du mois d’avril 2020, l’atelier de confection de masques lavables de l’entreprise d’insertion Presta’Terre fait partie du projet Résilience (la mobilisation des acteurs de l’économie sociale et solidaire pour la production de masques en tissus). Lors du lancement de l’usine, près d’une centaine de salariés ont été recrutés, en à peine quelques jours. 

« On les aide à trouver des formations »

Parmi eux, beaucoup d’étudiants ainsi que des bénéficiaires du RSA, à l’image de Seye, 57 ans. Il a été l’un des premiers à être embauché. "Cela faisait un an que j’étais en recherche d’emploi. A mon âge c’est très difficile de se faire recruter, alors ce boulot c’est une vraie aubaine", témoigne-t-il. Avec sa formation de cuisinier et de serveur, cet habitant de Schiltigheim n’était pas forcément prédestiné à fabriquer des masques. Mais pour lui, "l’essentiel, c’est de travailler". Au sein de cette entreprise d’insertion, ce cas de figure n’est pas rare. "Aujourd’hui, certains employés sont couturiers alors qu’ils veulent par exemple travailler dans le milieu de la restauration, précise Nina, l’une des accompagnatrices socioprofessionnelles au sein de la société alsacienne. On les aide donc à trouver des formations et à préparer des entretiens pour qu’ils puissent s’insérer plus facilement sur le marché de l’emploi."

Félicitations de la ministre du Travail

Jeudi 25 février, Elisabeth Borne, la ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, s’est rendue dans cette manufacture en compagnie de Thibaut Guilluy, haut-commissaire à l’emploi et à l’engagement des entreprises, afin de féliciter la société Presta’Terre. En effet, cette dernière emploie des travailleurs en situation de handicap et utilise des structures d’insertion afin de répondre à leurs besoins. Ici en l’occurrence pour la fabrication de masques réutilisables de catégorie 1. Aujourd’hui, le nombre de salariés a pratiquement été divisé par deux, mais on compte tout de même 26 CDI parmi les employés. Et avec un chiffre d’affaires de près de 950 000 euros en 2020, l’entreprise, spécialisée à l’origine dans les travaux forestiers ou la logistique, a décidé de pérenniser l’activité de sa manufacture.  

Tote-bag, t-shirts et marinières

Les quelque 30 000 masques lavables qui sont actuellement confectionnés chaque semaine vont très prochainement être accompagnés par d’autres produits textiles. Des tote-bag, des t-shirts, des marinières et même des culottes. Pour cause : l’entreprise d’insertion Presta’Terre souhaite désormais diversifier son activité. "Etant donné que l’on possède des compétences en couture, on a décidé de se lancer dans la confection de textile", développe Géraldine Hubert, responsable du pôle textile. Presta’Terre réfléchit également à la création de gilets jaunes pour des collectivités ainsi que la fabrication de sur-blouses à destination de cliniques.

Romain Chevalier
Photos Jérôme Dorkel