48 résultats
Résultats par page
angle-left Webmag - Un arbre de vie en hommage à Tomi Ungerer

Publié le 10/02/2020 - Modifié le 30/03/2020

Ajouter à mes favoris

Un arbre de vie en hommage à Tomi Ungerer

Culture Enfance, éducation

L’association Regards d’enfants, dont Tomi Ungerer était le parrain, a inauguré le 6 février une sculpture en l’honneur de l’artiste, au cœur du jardin des Deux-Rives.

Une œuvre, 17 partenaires. Pour rendre hommage à son parrain, disparu en février 2019, l’association Regards d’enfants a su rassembler autour d’une sculpture baptisée Arbre de vie. À commencer par le métallier Jacky Keiff et la plasticienne Anne-Sophie Graff, qui ont réalisé ensemble cette œuvre représentant la silhouette de Tomi Ungerer et, comme son nom l’indique, un arbre de vie.

Celui-ci "accueille en son cœur des sculptures d’enfants de tous âges, de différentes origines, porteurs ou nom de handicap, illustrant de façon ludique le partage, l’écoute et l’acceptation des autres sans discrimination", détaille Anne-Sophie Graff. Sur la cime de l’arbre, deux cœurs et deux colombes en cristal créés par l’entreprise Lalique.

À son pied, des panneaux conçus par les élèves de l’école strasbourgeoise Joie de vivre, traduits en allemand par des jeunes du lycée Berufliche Schulen de Kehl.

Un clin d’œil aux engagements de Tomi Ungerer

L’arbre de vie a été inauguré dans le jardin des droits de l’Homme, créé en juin 2015 par Regards d’enfants et lui-même situé au sein du jardin des Deux-Rives, en présence des élèves de l’école Yehouda Halevi, qui ont interprété deux chansons.

"C’est à vous maintenant d’être les ambassadeurs des droits humains. Continuez à vous engager et à éloigner la haine", a souhaité Brigitte Kahn, la présidente de l’association, qui tenait à associer des classes de part et d’autre du Rhin, en mémoire de l’engagement de Tomi Ungerer pour l’Europe et les droits des enfants.

Une mangeoire construite par des membres de la fondation Sonnenhof a aussi été installée à proximité de l’arbre. Enfin, neuf partenaires privés et publics ont participé au financement de l’Arbre de vie.

Léa Davy

Photos Jérôme Dorkel