Chef-fe de projet aide alimentaire

N° annonce

E000412

Direction

Solidarités, santé et jeunesse

Catégorie(s)

A

Type de recrutement

Permanent
Fonctionnaire ou à défaut contractuel de droit public (CDD 3 ans)

Durée de temps de travail

Temps complet

Grade(s)

Attaché à Attaché principal

Date limite de dépôt des candidatures

11/04/2021

Durée du contrat (pour les personnes non titulaires)

3 ans

Administration mutualisée de plus de 7000 agents-es et 250 métiers, l’Eurométropole de Strasbourg développe des politiques publiques innovantes, visant à répondre aux enjeux de développement et de cohésion d’un territoire transfrontalier en pleine mutation et aux attentes profondément renouvelées des habitants-es.

En France, environ 5 millions de personnes bénéficient d’une aide alimentaire ponctuelle ou régulière et 48% des foyers modestes éprouvent des difficultés à assurer 3 repas par jour. L’alimentation est un déterminant majeur de santé. Les besoins en matière d’aide alimentaire sont importants en quantité et en qualité. Les actions d’aide alimentaire sont généralement peu coordonnées. Le territoire de l’Eurométropole n’échappe pas à ces constats et la crise sanitaire liée à la Covid n’a fait qu’aggraver la situation et révéler l’importance des besoins et la complexité des réponses à apporter.

Dans le cadre de la convention eurométropolitaine d’appui à la lutte contre la pauvreté 2020-2022 signé avec l’Etat, l’Eurométropole (EMS) a souhaité mener un projet de coordination de l’aide alimentaire sur son territoire, appuyé par un poste dédié rattaché au CCAS de la Ville de Strasbourg. Aussi, vous aurez pour mission d’appréhender cette dernière de la fourche à la fourchette dans un esprit d’innovation afin de répondre aux besoins des personnes, faciliter les distributions, les approvisionnements et la transformation des produits.

Ce projet s’inscrit pleinement dans le tryptique de gouvernance politique de la Ville et de l’Eurométropole : sa dimension solidaire est renforcée par la vitalité du tissu associatif et d’initiatives citoyennes en la matière (maraudes citoyennes par exemple); son inscription dans la transition écologique du territoire est essentielle dans le lien vers les acteurs-trices économiques qu’ils soient agricoles ou de l’économie sociale et solidaire ; sa visée émancipatrice doit être assumée tant que l’alimentation peut participer à l’insertion sociale et culturelle des personnes et être source de partage et d’enrichissement mutuel.

Ce poste est rattaché à la direction Solidarités santé jeunesse (DSSJ) dont l’action des services vise à favoriser le vivre ensemble, le bien-être et la cohésion sociale et ainsi lutter contre les inégalités pour donner à chacun une place pleine et entière à travers un ensemble de services et d’actions de proximité adaptée aux enjeux de territoire. 
 

Description des missions, Activités

•    Réaliser un état des lieux de l’offre d’aide alimentaire sur l’EMS (acteurs-trices engagés-es, lieux de distribution, nombres de repas/colis alimentaires distribués, modalités de distribution, etc.) ainsi que celui des publics bénéficiaires (profil, orientation, place de l’aide alimentaire dans leurs besoins, etc.).
•    Contribuer à l’amélioration du parcours des personnes aidées et à la lisibilité du système d’acteurs-trices associatifs-ves, citoyens-nes et institutionnels-les engagés-es sur l’aide alimentaire.
•    Identifier les passerelles entre le champ de l’aide alimentaire (solidarité) et la dynamique autour du projet alimentaire territorial et de l’ensemble des actions initiées autour de la production locale, des circuits courts et de l’agriculture urbaine (économie – économie sociale et solidaire).
•    Élaborer et partager des pistes d’actions concrètes avec les communes et les acteurs-trices concernés-es pour promouvoir de nouvelles réponses (cuisines partagées, tiers lieux avec une entrée « alimentaire », etc.) et/ou des projets inspirants aux résultats prometteurs que l’état des lieux aura permis de mettre en exergue.
•    Effectuer une veille sur les opportunités de financement spécifiques pour accompagner la mise en œuvre de projets nouveaux ou la transformation de projets existants.
•    Elaborer un cadre d’action pour les projets en matière alimentaire garantissant aux personnes aidées une place active (et non de sujet), s’appuyant sur les bonnes pratiques repérées sur le territoire ou ailleurs.
•    Effectuer le reporting et une veille sur cette thématique.
 

Profil

•    Bac+3/5 en développement social et urbain, ingénierie sociale, ou équivalent.
•    Expérience en conduite de projets multipartenariaux.
•    Expertise des acteurs-trices du territoire, des dispositifs en matière de politique de lutte contre la pauvreté, des publics concernés.
•    Expertise en pilotage et animation de réseaux.
•    Maîtrise du fonctionnement des collectivités territorialeset des thématiques sociales.
•    Maîtrise des outils de communication et d’animation.
•    Connaissance du territoire et des acteurs institutionnels et associatifs.
•    Capacité à fédérer et travailler en partenariat élargi, et en transversale au sein de la direction.
•    Capacité d’analyse et de synthèse. 
•    Capacité d’animation de réunions.
•    Capacité à être force de proposition.
•    Capacité d’organisation.
•    Qualités rédactionnelles.
 

Avantages liés au poste

•    Rémunération statutaire et régime indemnitaire.
•    Prime de fin d’année.
•    Participation de la collectivité aux frais de transport et de restauration.
•    Participation de la collectivité possible à la couverture mutuelle et prévoyance.
•    Chèques vacances sous conditions.
•    Tarifs préférentiels pour certains établissements culturels et sportifs (piscines, musées, médiathèques…).

Conformément au principe d'égalité d'accès à l'emploi public, cet emploi est ouvert à tous les candidats remplissant les conditions statutaires requises, définies par le statut général des fonctionnaires, la Loi du 26 janvier 1984 portant statut général des fonctionnaires territoriaux et le décret régissant le cadre d'emplois correspondant. Toutefois, à titre dérogatoire, les candidats reconnus travailleurs handicapés peuvent accéder à cet emploi par voie contractuelle.