Ajouter à mes favoris

Strasbourg, ville hospitalière : accueil digne des personnes migrantes vulnérables

Dans un contexte d’accroissement des demandes de protection au titre de l’asile, en France et plus particulièrement dans le Bas-Rhin, la Ville s’est engagée à renforcer ses dispositifs de droits communs et développer une politique volontariste pour répondre aux besoins fondamentaux d’autonomie et d’inclusion des personnes migrantes nouvellement arrivées.

Strasbourg, capitale européenne et des droits de l’homme, se mobilise depuis de nombreuses années, dans le respect de ses traditions humanistes locales, nationales et internationales, et de son mandat de protection en faveur de tous ses habitants en luttant contre les inégalités sociales et de santé, et les discriminations. 

Considérant que l’accueil digne des personnes vulnérables issues des migrations relève de réponses collectives, plus de 150 acteurs - associatifs, caritatifs, universitaires, porteurs d’initiatives citoyennes, et institutionnels, représentant une cinquantaine de structures - ont travaillé tout au long de l’année 2018 pour sortir de l’urgence des situations territoriales et structurer une politique d’accueil globale et complémentaire, dans le respect des compétences et moyens de chacun. 

Ainsi, la communauté d’acteurs ayant participé à la dynamique portée par la Ville de Strasbourg souhaite témoigner de l’engagement du territoire à demeurer une terre d’hospitalité en faveur de toutes et tous, à travers un manifeste pour l’accueil digne des personnes migrantes vulnérables

Ce manifeste plaide ainsi pour un accueil physique, sans discrimination, quels que soient le parcours et le statut des personnes. Le manifeste est ainsi un acte d’engagement fort du territoire à agir dans une dynamique inclusive et participative pour assurer cet accueil physique digne et adapter le cadre d’intervention en fonction des parcours, en suivant 4 axes : 

  • une politique d’accueil volontariste de la Ville menée avec la communauté des acteurs,
  • un cadre local concerté basé sur une dynamique locale coopérative,
  • une société encline à l’accueil et une dynamique citoyenne,
  • la mise en réseau à travers des instances de dialogue nationales et européennes.

Cet acte d’engagement, que la Ville porte et facilite, s’inscrit dans une recherche de complémentarité et de dialogue constant avec l’Etat, qui dispose de la compétence de l’asile et de l’immigration et de celle du Département couvrant le champ des mineurs isolés. 

La démarche "Strasbourg, ville hospitalière" se poursuit sur l’année 2019 avec l’ambition de décliner les principes et engagements à travers un plan d’actions qui s’enrichira des initiatives du territoire et du travail collectif afin de construire des réponses partagées.
Ce cadre de travail donnera lieu à une dynamique de suivi à travers la mise en place d’indicateurs de réalisations et de résultats et de temps de partage sur les actions réalisées. 
"Strasbourg, ville hospitalière" propose ainsi, parmi les pistes d’actions concrètes à venir : 

  • la co-élaboration d’une cartographie dynamique des acteurs et des actions en réponse aux besoins d’accueil qui pourra être alimentée par les acteurs (en lien avec les outils déjà existants),
  • la co-construction d’un ou d’outils repères pour les personnes migrantes (en lien avec les outils déjà existants), 
  • la structuration d’un réseau d'initiatives citoyennes et le renforcement d’actions favorisant le lien entre les strasbourgeois-es et les personnes réfugiées,  
  • la poursuite du dialogue inter-acteurs au travers de temps d’échange, de sensibilisation et de partage d’expériences, en grand format et en groupe de travail sur des thématiques identifiées…

Strasbourg agit dans une dynamique globale en s’appuyant sur le droit commun et articule les politiques publiques pour répondre à l’accueil des publics migrants vulnérables : 

  • à travers les politiques en matière de santé et de solidarité pour répondre aux besoins fondamentaux, d’autonomie, d’inclusion, et de lutte contre les discriminations, en soutenant les acteurs associatifs et caritatifs.
  • par des politiques en matière de "tranquillité publique" qui sont articulées avec celles de l’accueil et de surveillance de la voie publique. 
  • par des réponses en matière d’insertion scolaire et professionnelle,
  • par la mobilisation citoyenne et les réseaux de participation et de concertation.

Cet engagement fort en faveur de l’accueil se traduit également à l’échelle européenne et internationale. Le Réseau européen des villes solidaires créé à Strasbourg (plus d’une centaine de villes) a ainsi pour objectif d’élaborer une réponse commune pour relever le défi de l’accueil des réfugiés et partager les bonnes pratiques entre villes.  Un fonds spécifique a également été alloué pour l’aide aux enfants et jeunes réfugiés dans le cadre du partenariat de l’Eurodistrict Strasbourg-Ortenau. 

 

Retrouvez le débat du conseil municipal du 25 mars et l’adoption de la délibération en replay