Ajouter à mes favoris

Qualité de l’air, un enjeu de santé publique

Comme toutes les grandes agglomérations, l’Eurométropole de Strasbourg est confrontée à une pollution de l’air qui présente un danger pour la santé des habitant-es. Toutes les études démontrent que les populations vivant dans des zones où l’air est pollué développent des maladies cardio-respiratoires ou cérébrales et des cancers. En moyenne, il y aurait 500 décès prématurés par an dans l’Eurométropole du fait de la mauvaise qualité de l’air (Source : European Heart Journal, Société européenne de cardiologie, mars 2019, chiffre France rapporté à la population de l’Eurométropole).

Malgré une tendance à l’amélioration de la qualité de l’air ces dernières années, des dépassements de la valeur limite en dioxyde d’azote persistent à proximité du trafic routier.

Transport routier : un impact fort sur la pollution locale

Les transports routiers sont à l’origine de la dégradation de la qualité de l’air. Ainsi, la proximité avec les axes routiers serait à l’origine :

  • de 15 à 30 % des nouveaux cas d’asthme chez l’enfant
  • de certaines pathologies chroniques respiratoires et cardiovasculaires chez les adultes de 65 ans et plus
  • de l’augmentation de 30 % de la fréquence de nouveaux cas de leucémie de type myéloblastique chez les enfants

La pollution de l’air touche particulièrement les populations les plus fragiles qui habitent à proximité des grands axes routiers. Ces quartiers riverains d’axes routiers subissent une forte pollution, alors qu’ils sont faiblement émetteurs de polluants.

Face à ces constats, l’Eurométropole de Strasbourg entend répondre à cet enjeu de santé publique majeur, avec un souci d’équité territoriale et de justice sociale. La mise en place d’une Zone à Faibles Émissions (ZFE), imposée par la loi, va permettre de réduire la pollution de l’air.

Une mauvaise qualité de l’air dégrade aussi l’environnement et a des coûts importants pour la société

En plus d’impacter notre santé, le trafic routier participe également à la dégradation du climat. Sur le territoire de l’Eurométropole de Strasbourg, sa contribution aux émissions globales de gaz à effet de serre s’élève à 34 %, ce qui en fait le premier secteur émetteur du territoire.

De plus, la mauvaise qualité de l’air a des coûts socio-économiques considérables. Les coûts des dépenses de santé liés à la pollution de l’air pour une commune de la taille de Strasbourg sont estimés à 268 millions d’euros, soit 955 € par habitant-e (selon une étude de l’Alliance européenne pour la santé publique).

Carte des concentrations de dioxyde d’azote liées au trafic routier


 

84 %
des émissions de dioxyde d’azote liées à la circulation routière
30%
de cas d’asthme en plus pour les enfants proches des axes routiers
500
décès prématurés par an dus à la pollution de l’air sur l’Eurométropole
955 euros
par an et par habitant de dépenses de santé 

Sources : ATMO Grand Est - Invent’Air A2018 V2020 - chiffre Eurométropole de Strasbourg, Etude APHEKOM, Santé Publique France (anciennement InVS), Alliance européenne pour la santé publique

Le saviez-vous ?

Les automobilistes sont plus exposé-es à la pollution de l’air à l’intérieur de leur véhicule que les piéton-nes et les cyclistes. En effet, l’habitacle ne protège pas de la pollution de l’air présente à l’extérieur et le faible volume d’air dans la voiture entraîne une concentration des polluants.

 

 

Qualité de l'air, il est temps d'agir !

 

 

Numéro vert de la zone à faibles émissions de la Ville et de l'Eurométropole de Strasbourg. Service et appel gratuits. Du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h. Appelez le 0 800 100 267.