Menu
fr de en
Ajouter à mes favoris

Plans climat

La transformation écologique est en bonne voie à Strasbourg, avec un premier coup d’envoi donné par l’Eurométropole fin 2019. La prochaine étape consistera à entraîner le plus grand nombre possible d’acteurs publics et privés dans un processus qui se veut global.

Sommaire de la page :

1. Eléments de contexte

Les déréglements climatiques, de plus en plus souvent accompagnés de phénomènes extrêmes, touchent notre planète en tous points. Le territoire de l’Eurométropole n’y échappe pas : épisodes exceptionnels de refroidissement ou canicules, avec un record de 38,9 °C enregistré en juillet 2019 ; pluies diluviennens ou sécheresse, avec leur cortège de risques (inondations, glissements de terrain, coulées de boue, incendies, baisse du niveau des ressources aquatiques, dégradation de la biodiversité, multiplication d’espèces invasives) … Ces dérèglements, générés par la trop forte concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, l’activité humaine en est pour grande partie responsable.

C’est dans ce contexte que la Ville et l’Eurométropole de Strasbourg ont décidé chacune de prendre une position forte en déclarant l’une après l’autre l’état d’urgence climatique sur leur territoire. Par là même, elles s’engagent à mettre en oeuvre des politiques publiques qui contribueront à atténuer les causes de ces dérèglements à l’échelle locale, tout en préparant Strasbourg et son agglomération à s’adapter, à renforcer leur résilience. La Ville et l’Eurométropole de Strasbourg veillent à être au diapason avec les engagements climatiques européens et internationaux. Outre les nombreux réseaux où elles sont représentées pour avancer sur les impératifs environnementaux, elles ont rejoint fin décembre 2020, soit cinq ans après l’Accord de Paris de la COP21, le club des signataires de la Déclaration de Paris. En amont de la COP26 de Glasgow, plus d’une centaine de villes françaises et étrangères s’associent pour affirmer leur volonté d’agir plus vite et plus loin en direction de la neutralité carbone.

2. Relever le défi climatique à l’échelle locale : le Plan Climat de l’Eurométropole de Strasbourg

Pour structurer l’action publique à l’horizon 2030 (ou 2050 selon les secteurs comme la neutralité carbone et les énergies), un document stratégique a été adopté dès décembre 2019 pour une durée de six ans : le Plan Climat de l’Eurométropole de Strasbourg. Assorti d’objectifs clairs, il recouvre tous les champs de compétence où s’impose une nécessité d’amélioration et s’applique l’urgence :

Objectifs du plan climat 2030 - 2050

 

Ces objectifs sont susceptibles d’évoluer afin de rester conformes à d’autres cadres de référence (nationaux, européens, internationaux) plus larges.

Le Plan Climat de l’Eurométropole s’articule autour de quatre grands périmètres d’intervention :

Axe 1 : Un territoire de bien-être

Cet axe regroupe une même qualité de l’air pour tous, des mobilités durables et apaisées, un urbanisme innovant et une adaptation au changement climatique.

Axe 2 : Un territoire 100 % renouvelable et neutre en carbone

Cet axe regroupe l’efficacité et la sobriété énergétiques ainsi que la production locale d'énergies renouvelables. 

Axe 3 : Un territoire solidaire en transition économique

Cet axe regroupe la consommation, les déchets et une économie innovante, circulaire, solidaire.

Axe 4 : Un territoire qui se donne les moyens d’agir

Cet axe regroupe la mobilisation des acteurs, les financements et le suivi de la dynamique territoriale. 

Un plan d’actions détaillé, riche aujourd’hui de 130 fiches, vient compléter la stratégie et préciser les modalités opérationnelles en termes de financements, de résultats attendus et d’acteurs - privés ou publics -, investis dans le projet.

Ces actions veillent à une baisse déterminante des émissions de gaz à effet de serre mais aussi préparent la résilience du territoire selon des visées et par des moyens multiples, le premier d’entre eux étant l’encouragement à la sobriété.
Pour ne citer que quelques exemples :

  • Recomposition des ressources naturelles et de la biodiversité - par une agriculture plus saine, par des plantations adaptées au contexte local…
  • Amélioration de la qualité de l’air - par une réduction des consommations en énergies fossiles, et le développement d’énergies renouvelables, par la promotion de modes de déplacement doux…
  • Lutte contre les îlots de chaleur - par la déminéralisation et un urbanisme plus durable

Après une large phase de co-construction dans l’élaboration du plan climat et de partage des initiatives des territoires, les 33 communes de l’Eurométropole ont un rôle clef dans la déclinaison des orientations définies au niveau métropolitain ainsi qu’au niveau des ambitions liées aux compétences du bloc communal. Certaines d’entre elles ont formalisé leur contribution sous forme d’un ‘plan climat’ communal telle Strasbourg ou Lingolsheim.

3. Strasbourg : une stratégie pour répondre à l’urgence climatique et aux besoins de solidarités

S’appuyant sur un cadre stratégique approuvé en février 2020, la Ville de Strasbourg a choisi, pour sa propre transformation écologique, d’animer son Plan Climat sous la forme de trois axes structurants et en vertu de 13 objectifs. Le plus important d’entre eux : s’aligner sur le dernier seuil européen et réduire les émissions de gaz à effet de serre du territoire de 55%. La démarche strasbourgeoise en terme de transition écologique s’inscrit ainsi pleinement dans le contexte de l’Union européenne et la collectivité se mobilise afin de renforcer la place des autorités locales dans les instances de gouvernance transfrontalières et européennes.

Axe 1 : Strasbourg, ville engagée, inclusive et solidaire

Pour sa transformation écologique, Strasbourg vise la participation et la mobilisation de tous les acteurs qui la composent, en n’excluant personne. La Ville entend réserver des moyens financiers à la mesure des enjeux sociétaux et climatiques présents, en ciblant plusieurs fronts : la réduction de la facture et de la fracture énergétique avec un encouragement appuyé à l’énergie solaire et à la rénovation thermique de l’habitat, la valorisation de l’économie circulaire, le développement de l’économie sociale et solidaire, le développement de circuits courts de proximité...

Axe 2 : Strasbourg, ville résiliente, qui place la nature au cœur de sa politique d’adaptation au changement climatique

Surchauffe atmosphérique et pollutions urbaines motivent la définition de caps ambitieux : limiter l’artificialisation des sols en créant par exemple une ceinture verte, en facilitant les aménagements de nature respectueux de la biodiversité, ou encore en concevant un Plan Canopée. La résilience suppose quant à elle de faire de la santé environnementale une ambition majeure, englobant autant la question des mobilités que celle de l’urbanisme ou des pratiques sportives.

Axe 3 : Strasbourg, ville sur la voie de l’exemplarité

L’éclairage public, le patrimoine bâti, l’organisation événementielle, les commandes publiques, entre autres, sont autant de secteurs gérés par la Ville de Strasbourg. Ils se doivent de répondre à une haute exigence environnementale moyennant plusieurs objectifs dont : une évaluation précise suivie d’une diminution importante des impacts carbone, un renforcement de l’efficacité énergétique du parc bâti, et l’amélioration des pratiques responsables (réemploi, consommation sobre, etc.).

Une stratégie accompagnée d'un plan d'actions dédié

Ce cadre stratégique du Plan Climat de la Ville de Strasbourg a été augmenté en juin 2021 d’un premier éventail d’environ 130 actions. Celles-ci permettront de donner corps, concrètement, à la transformation écologique de la ville et de ses vingt quartiers ; elles se veulent autant de réponses locales aux défis multiples que pose le climat.

4. Des outils d'animation pour garantir la transformation du territoire

Le label Cit'ergie garant d'exemplarité

Semblable exigence de la collectivité se retrouve dans sa volonté d’accéder d’ici 2021 au label European Energy Award, connu en France sous l’appellation de Cit’ergie. En se portant candidates à une telle démarche qui touche leurs modes de fonctionnement propres dans l’ensemble des directions et services, la Ville et l’Eurométropole acceptent d’être évaluées de manière objective sur les avancées de leurs pratiques écologiques et de se restructurer si nécessaire pour s’incrire dans une logique d’amélioration continue. Une telle labellisation, si elle venait à être confirmée, valoriserait d’autant un investissement de longue durée.

L'agence du climat, le guichet des solutions

Et pour accompagner - conseiller, guider, sensibiliser, former, financer – ces mêmes forces vives dans tous leurs projets de transformation écologique, a été créée en avril 2021 une structure associative. Accessible au public dès l’automne 2021, l’agence du climat agira dans tous les secteurs jugés prioritaires pour réduire l’empreinte carbone du territoire et booster sa résilience : la rénovation thermique des logements et bureaux, les alternatives à la voiture, la consommation responsable, les énergies renouvelables, la déminéralisation/végétalisation des espaces privés ou publics… L’agence offrira des réponses opérationnelles, tangibles et éminemment locales à une urgence climatique qui est l’affaire de tou.te.s !

La grande Alliance pour le Climat

A l’intention de toutes les forces vives de l’Eurométropole, a par ailleurs été lancé en septembre 2020 un appel à constituer une grande Alliance pour le Climat. L’appel s’adresse aussi bien aux habitant.e.s et citoyen.ne.s, aux expert.e.s, chercheur.euse.s , membres d’associations et de réseaux, qu’à tout.e.s les professionnel·le·s (artisan·e·s, entrepreneur·e·s, opérateurs énergétiques, éducat·rice·eur·s), aux institutions territoriales, secteurs publics et parapublics présents sur le sol de l’agglomération. L’objectif est de générer une véritable dynamique territoriale autour des enjeux climatiques et de la transition écologique, de sensibiliser tous les publics possibles à un engagement individuel et collectif à la question environnementale.

 

La grande alliance pour le climat