Menu
fr de en
Ajouter à mes favoris

Politique en faveur du Spectacle vivant

Favoriser les énergies créatrices en soutenant l’émergence de nouveaux talents, tout en valorisant les partenaires historiques essentiels du spectacle vivant.

Forte d’acteurs historiques et structurants pour le spectacle vivant à Strasbourg - l’Opéra national du Rhin et le ballet du Rhin, l’Orchestre philharmonique de Strasbourg, le Théâtre national de Strasbourg, le Maillon - Scène européenne, POLE SUD - Centre national de développement chorégraphique, le TJP - Centre dramatique national Grand Est, le TAPS, la Laiterie, et de festivals emblématiques, Musica, Ososphère, Jazzdor notamment – la ville entend rester présente auprès de ces partenaires essentiels.

Le spectacle vivant – qu’il concerne la musique classique, la musique contemporaine, les musiques actuelles, le théâtre, la danse, le cirque, les cultures urbaines, la performance – fait figure de trait d’union entre les générations, les publics et les territoires. La culture régionale y prend naturellement sa part à l’image des acteurs historiques comme le Théâtre Alsacien et la Choucrouterie.

Une mission d’information et d’évaluation sur le devenir du théâtre municipal de Strasbourg, siège et lieu de diffusion à Strasbourg de l’Opéra national du Rhin, sera lancé. L’objectif de cette mission est d’interroger les projets de rénovation-extension du bâtiment actuel ou de reconstruction d’un nouveau bâtiment, guidé par une réflexion sur le projet artistique et culturel de l’Opéra, et plus largement sur l’avenir de l’art opératique et des formes artistiques contemporaines de demain.

Désormais établissement public administratif, l’Orchestre philharmonique fera l’objet d’une attention particulière concernant son développement et sa contribution aux ambitions et à la politique culturelle de Strasbourg.

La politique culturelle menée par la Ville souhaite aussi favoriser les énergies créatrices en soutenant l’émergence de nouveaux talents, en structurant l’insertion professionnelle des jeunes artistes et plus largement en leur garantissant d’autres modalités de relation avec la collectivité : redéfinition de certains critères de subvention obsolètes, ménagement de temps longs de création et de représentation, compagnonnage et solidarité entre les structures les mieux dotées et les formations plus fragiles.

Une réflexion d’ampleur sur les lieux de création sera menée en concertation avec les acteurs culturels et associatifs, les artistes et les habitant·e·s. Plusieurs projets de lieux (notamment le Théâtre de Hautepierre et le Palais des Fêtes) seront redéfinis, en visant un décloisonnement des esthétiques, une approche complémentaire entre artistes, ensembles professionnels et amateurs, ainsi que le soutien à la jeune création. Une réflexion est à l’œuvre sur l’avenir du site de La Laiterie dans son ensemble (salles de concerts et fonctions associées).