Ajouter à mes favoris

Le Port Autonome de Strasbourg, grand pôle logistique et industriel

La zone portuaire gérée par le Port Autonome de Strasbourg est un atout de développement économique essentiel pour le territoire au niveau de la Région Est, français et européen.
320
entreprises
10 000
emplois
2ème
port fluvial de France
Source : Ville et Eurométropole de Strasbourg

La zone portuaire génère une plus value économique majeure pour le territoire :

  • 2ème port fluvial français (trafic fluvial de 8 M de tonnes par an, trafic ferroviaire de 1.5 M de tonnes par an, activité "conteneurs" représente environ 430 000&, EVP/an (EVP = équivalent vingt pieds),
  • le PAS porte les politiques publiques en faveur du report modal, des mobilités innovantes et du développement durable (développement du transport massifié sur barge ou sur train, logistique urbaine, conteneurisation, écologie industrielle… 120 km de voies ferrées portuaires, 34 km de routes gérées par le PAS),
  • c’est un hub pour la logistique européenne, nationale et régionale au carrefour de quatre corridors du réseau transeuropéen de transports, le port lui-même étant dans le "Core network" de ce réseau,
  • une base industrielle forte et diversifiée composée d’entreprises de premier rang.

La zone portuaire est la plus grande zone logistique d’Alsace 

  • 1ère zone d’accueil des entreprises industrielles et logistiques,
  • 300 entreprises,
  • 1000 hectares,
  • 10 000 emplois,
  • 30 000 emplois indirects,
  • 2 terminaux conteneurs multimodaux,
  • 3 portiques conteneurs,
  • 1 portique ferroviaire,
  • 1 portique colis lourd jusqu'à 460 tonnes.

Le Port Autonome de Strasbourg est leader en matière de coopération européenne :

  • programme RTE-T "Upper Rhine Port trafic management platform",
  • hub pour la logistique européenne, nationale et régionale au carrefour de quatre corridors du réseau transeuropéen de transports, le port lui-même étant dans le "Core network" de ce réseau.

À lire aussi : Un Port au cœur de la Ville, de Didier BONNET et Jean-François KOVAR, Éditions du Signe, 2016.