69 résultats
Résultats par page

null webmag - Mieux gérer la faune sauvage

Publié le 22/02/2022 - Modifié le 22/02/2022

Ajouter à mes favoris

Mieux gérer la faune sauvage

Environnement

La Ville souhaite utiliser des méthodes non létales pour déplacer les colonies de corbeaux qui provoquent des nuisances sanitaires et sonores.

la chercheuse et son haut parleur
Depuis presque une semaine, les habitants de la route de Mittelhausbergen entendent tous les jours des bruits de prédateurs, des battements d’ailes et des cris d’oiseaux…Une méthode alternative qui vise à déplacer les colonies de corbeaux freux qui ont élu domicile sur les grands arbres le long de la route. “Pourvu que ça marche !”, lance Étienne. Cet habitant de la rue ne supporte en effet plus les cris des oiseaux et les odeurs provoquées par leurs défécations sur les balcons. L’idée est d’“être à l’écoute des habitants tout en favorisant une méthode douce envers les animaux”,affirme Marie-Françoise Hamard, conseillère municipale déléguée aux animaux en ville.

Une première en France 

Encore au stade expérimental, le protocole se fait en deux temps. Pendant six jours, l’équipe de Valérie Dufour, chercheuse au CNRS, a diffusé des bruits d’attaques afin d’effaroucher les corbeaux alors qu’ils commencent tout juste à s’installer pour le printemps. Le but : les obliger à partir. Puis, dans un deuxième temps, l’effarouchement est suivi par la diffusion– sur un site plus éloigné des habitations – de cris sociaux perçus comme positifs par les oiseaux. “On pré-enregistre les sons des corbeaux, on les modifie un peu et on diffuse ces sons pour les inciter à construire leur nid sur des sites plus favorables”, explique Valérie Dufour. Le procédé étant une première en France, les résultats ne sont pas garantis, mais l’équipe de chercheurs a déjà prévu d’étendre l’expérience, notamment à l’Elsau et dans le quartier du Contades. 

Sara Saidi