Recherche d'asset V2

117 résultats

Fil d'Ariane

117 résultats

Agrégateur de contenus

webmag-Rénovation énergétique : L’Eurométropole veut "un choc d’accélération" dans le parc privé

Urbanisme, logement, Environnement

Rénovation énergétique : L’Eurométropole veut "un choc d’accélération" dans le parc privé

Urbanisme, logement, Environnement

Publié le 21/02/2024 - Modifié le 21/02/2024

Rénovation énergétique : L’Eurométropole veut "un choc d’accélération" dans le parc privé

Fil d'Ariane

Si l’habitat social, avec l’aide des collectivités, semble bien engagé dans sa rénovation énergétique, le parc privé reste à la traîne. Le conseil de l’Eurométropole a voté de nouvelles aides le 20 décembre dernier. Un moyen d’accélérer la cadence en matière de rénovation des logements privés.

C’est dans la cour du "Normandie", au 5 de la rue Forget, qui donne sur le quai Fustel de Coulanges, à Strasbourg, que les élu·es de l’Eurométropole ont présenté ce lundi 19 février le dispositif d’aides à la rénovation du parc privé.
Cette copropriété de 23 appartements sur six étages, dont un en attique, arrive au terme d’un long parcours. Dès 2019, les résidents ont engagé une réflexion sur la rénovation énergétique de ce bâtiment de 1957. Une "passoire thermique", selon José Martins, président du conseil syndical. Mais les 550 000 euros devisés pour une rénovation globale ont vite freiné l’élan. 


Il aura fallu quatre ans pour trouver un consensus. "Ça n’a pas été simple", souligne le président, évoquant notamment les réticences des personnes âgées ou à faibles revenus. L’accompagnement s’est fait avec l’aide du service dénommé Oktave, initié par la Région Grand-Est et l’Ademe (Agence de la transition écologique) pour gérer les aides à la rénovation énergétique. Les aides publiques permettent, in fine, au Normandie de financer 60% des coûts. Le reste à charge moyen est dès lors de 10 000 euros par copropriétaire. "Dans trois semaines, on va finaliser (la décision)", annonce José Martins.


Un accompagnement à plusieurs niveaux


Pour Suzanne Brolly, vice-présidente de l’Eurométropole chargée de l’habitat, cet exemple démontre "l’intérêt d’un dispositif d’aides qui s’ajoutent à celles de l’État, portées par l’Anah (Agence nationale de l’habitat), et de la Région Grand-Est (dispositif Climaxion) afin de provoquer un choc d’accélération". En 2023, 1500 logements privés ont bénéficié d’une rénovation énergétique. Le plan climat, adopté par l’Eurométropole en 2019, prévoit quant-à-lui la rénovation de 6000 logements privés par an. Pour Pia Imbs, présidente de l’Eurométropole, "le secteur résidentiel est responsable de 27% de la consommation énergétique du territoire. L’objectif est de la réduire de 30% d’ici à 2030 par rapport à 2012". Cette ambition est inscrite au plan climat.

"Accélérer la transition énergétique, c’est trouver les bons dispositifs d’aides et les bons dispositifs d’accompagnement", a souligné la maire de Strasbourg, Jeanne Barseghian. Ceux de l’Eurométropole se veulent simples, forfaitaires et adaptés au niveau de revenus de chacun comme à l’ambition du projet, sans pour autant exclure quiconque du dispositif. L’accompagnement, proposé via l’Agence du climat, va de l’assistance à maîtrise d’ouvrage à la réalisation des travaux. La présentation a donné lieu à la signature d’une convention par laquelle la Région confie à l’Eurométropole la gestion de leurs aides respectives en un même dossier.

Gilbert Reilhac
Photos Jérôme Dorkel

Territoire

Recherche d'asset dynamique