87 résultats
Résultats par page

null Webmag - 66 nouveaux arrêts pour Flex’hop

Publié le 01/07/2021 - Modifié le 01/07/2021

Ajouter à mes favoris

66 nouveaux arrêts pour Flex’hop

Environnement Transport, déplacement

Etendu à 25 communes depuis mars, le réseau de transport à la demande de la Compagnie des transports strasbourgeois poursuit son développement. 270 arrêts sont désormais accessibles.

Le transport à la demande (TAD), aussi connu sous le nom de Flex’hop, n’en finit plus de faire des émules. Lancé à titre d’expérimentation en août 2019 sur 13 communes, il avait déjà fait, fort de son succès malgré la crise sanitaire, l’objet d’une extension en mars.

Depuis lors, les 25 communes de deuxième couronne de l’agglomération sont toutes desservies par la vingtaine de navettes électriques qui sillonnent les quelque 200 km² du territoire concerné de 5h à minuit. De quoi répondre à une demande de mobilité grandissante et de plus en plus fine, comme l’expliquent la présidente de l’Eurométropole et son vice-président en charge des déplacements.

"15.000 personnes sont inscrites au service, qui a permis de réaliser plus de 104.000 voyages depuis son lancement, dont 50.000 sur les quatre derniers mois. Avec une offre aux horaires élargis et surtout un fonctionnement à la demande permettant aussi bien de rallier le cœur de l’agglomération que les communes entre elles, le TAD favorise l’équité territoriale et est surtout une alternative crédible à la voiture." Et c’est aussi une des solutions proposées dans le cadre de la mise en place de la Zone à faibles émissions (ZFE), qui entrera en vigueur sur le territoire dès janvier prochain.

Le 21 juin, 66 nouveaux arrêts sont entrés en service. Situés dans des zones parfois excentrées, y compris hors de l’Eurométropole, comme ceux desservant les zones d’activités de Hoerdt et de Duppigheim, ils complètent la desserte basée sur les arrêts de bus des lignes régulières.

Le tout reste bien sûr toujours accessible via l’appli Flex’hop, le site internet ou la ligne téléphonique dédiée, et au coût d’un trajet sur le réseau CTS.

Véronique Kolb

Photos Jean-François Badias