87 résultats
Résultats par page

null webmag - Au CRBS, recherche médicale à tous les étages

Publié le 20/10/2021 - Modifié le 20/10/2021

Ajouter à mes favoris

Au CRBS, recherche médicale à tous les étages

Enseignement supérieur et recherche Solidarité, santé

En réunissant dix équipes de chercheurs dans un bâtiment à l’esprit collaboratif, le Centre de recherche en biomédecine de Strasbourg (CRBS), inauguré le 19 octobre, fait le pari des fertilisations croisées.
Le centre de recherche en biomédecine
Légende

"L’objet même sur lequel on travaille ici s’est fait l’ennemi de son inauguration", a ironisé devant le parterre d’invités le président de l’université de Strasbourg, Michel Deneken. Allusion à la crise sanitaire du Covid 19 qui n’a permis d’organiser l’événement qu’un an après que les chercheurs, majoritairement venus de la vétuste faculté de médecine, s’y sont installés.
Immuno-rhumatologie moléculaire, maladies génétique rares, mécanismes de la neuro-dégénérescence ou biomatériaux et nouveaux implants, on trouve de tout en parcourant les coursives des six étages qui s’élèvent autour d’un patio central jusqu’à la double verrière sommitale. Une architecture ouverte de l’intérieur qui n’est pas sans rappeler celle de certain grand magasin parisien.
Les trois cents chercheurs, ingénieurs et doctorants des dix équipes de recherche, des unités mixtes de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) et de l’Université de Strasbourg pour la majorité, "se voient, se rencontrent sur un même plateau, mais aussi entre les niveaux", ont commenté les architectes de Groupe-6 et de DeA Architectes. 
Deux start-up issues des laboratoires et l’Institut de génétique médicale dont les patients consulteront sur place ajoutent à l’esprit communautaire, tandis qu’une plateforme d’imagerie de 350 mètres carrés mutualise les très coûteux appareils de microscopie.
Vu de l’extérieur, les camaïeux orange des façades font du bâtiment de la rue Eugène-Boeckel le phare coloré qui manquait au Nouvel hôpital civil adjacent. Il se veut exemplaire avec son revêtement de lames métalliques dissociées des façades qui absorbent la chaleur. L’ensemble de 13.500 m2 aura coûté 40 millions d’euros, dont 17 financés par les collectivités locales et territoriales. "Nous inaugurons aujourd'hui un lieu d'exception qui va incontestablement renforcer la place de l'Eurométropole comme un territoire de référence en matière de santé et de soins", a estimé sa présidente, Pia Imbs dans son discours inaugural.

Gilbert Reilhac
Photos Jérôme Dorkel