56 résultats
Résultats par page
angle-left Webmag - Jeanne Barseghian dévoile une gouvernance partagée et collégiale

Publié le 04/07/2020 - Modifié le 10/08/2020

Ajouter à mes favoris

Jeanne Barseghian dévoile une gouvernance partagée et collégiale

Vie politique et démocratique

La maire de Strasbourg, qui sera officiellement élue ce samedi 4 juillet, a annoncé la création d’un intergroupe majoritaire avec les élus de la liste "#Faire ensemble" que conduisait Catherine Trautmann.

En amont du conseil municipal prévu samedi 4 juillet à 18h au cours duquel elle sera officiellement élue maire de Strasbourg, l’écologiste Jeanne Barseghian a tenu sa première conférence de presse depuis sa victoire aux municipales, dimanche 28 juin.
Elle s’est présentée face aux journalistes en compagnie de la socialiste Catherine Trautmann, qui conduisait le liste "#Faire ensemble".
Le contexte actuel (crise sanitaire, écologique, économique et sociale, faible taux de participation au scrutin) "nous appelle à l’humilité, à se rassembler et à coopérer", a affirmé Jeanne Barseghian. "Nous avons, Catherine Trautmann et moi, la volonté de travailler sur une gouvernance collégiale de la majorité, de travailler dans un esprit constructif dans le cadre d’un intergroupe majoritaire."
En conséquence, proposition a été faite que deux des sept élus de la liste conduite par Catherine Trautmann intègrent l’exécutif municipal, l’un en tant qu’adjoint, l’autre en tant que conseiller municipal délégué.
"Nous serons des partenaires engagés et exigeants", a déclaré Catherine Trautmann. "Nous voulons marquer par ce geste notre volonté de renouvellement des compétences et des responsabilités."
"Collégialité, partage des responsabilités, dialogue et bienveillance" seront les maîtres-mots de la nouvelle municipalité, a insisté Syamak Agha Babaei, numéro 2 de la liste menée par Jeanne Barseghian.

Trois défis

Jeanne Barseghian a listé trois défis : celui de la transition écologique du territoire, "qui doit irriguer l’ensemble de nos politiques", le défi social, avec "le souci constant de lutter contre les inégalités et de rééquilibrer les territoires", et le défi démocratique, pour lequel "la participation citoyenne doit irriguer notre manière de faire".
"Les élus n’ont pas la science infuse, ils doivent travailler avec les associations, les acteurs économiques et bien sûr l’ensemble des citoyens et des citoyennes", a dit Jeanne Barseghian.
En matière de gouvernance, la maire a également indiqué que les adjoints de quartiers seront remplacés par des conseillers municipaux délégués. Au nombre d’une vingtaine, ils assureront le suivi de périmètres plus petits que par le passé, "pour favoriser la proximité". Deux adjoints piloteront cette nouvelle organisation, "avec le souci constant de l’équité" entre quartiers.

Urgence climatique

A la fin du conseil municipal d’installation, Jeanne Barseghian doit déclarer Strasbourg en situation "d’urgence climatique". 
"Les experts du climat nous disent qu’il ne nous reste que quelques années pour pouvoir infléchir le cours des choses, a-t-elle rappelé. Il faut faire en sorte que notre ville soit encore vivable avec des températures de l’ordre de 50° en 2050. Il faut pour cela des moyens financiers, aussi bien publics que privés, qui seront orientés pour lutter contre le réchauffement climatique et pour s’adapter au changement. Il faut qu’on aille tous ensemble dans le même sens ! Il faut que le prisme de cette urgence climatique puisse être pris en compte dans l’ensemble de nos actions."
Fin juillet se tiendront successivement un conseil municipal et un conseil de l’Eurométropole qui devront permettre de voter des budgets supplémentaires pour prendre de premières mesures afin de répondre à la crise écologique, économique et sociale.

Thomas Calinon
Photos Elyxandro Cegarra