51 résultats
Résultats par page
angle-left Webmag - Piscines et hôtels flottants : les projets des étudiants font rêver

Publié le 03/05/2019 - Modifié le 17/06/2019

Ajouter à mes favoris

Piscines et hôtels flottants : les projets des étudiants font rêver

Urbanisme, logement , Enseignement supérieur et recherche

Un concours d'idées organisé par la Ville et VNF a récompensé huit esquisses architecturales pour animer les berges strasbourgeoises.

Une petite centaine d'étudiants en architecture se sont prêtés au jeu proposé par la Ville, dans le cadre de son partenariat avec Voies navigables de France (VNF) : imaginer des piscines ou des hôtels flottants pour Strasbourg.
Mardi 30 avril, huit des 26 projets proposés par ces jeunes talents de l'Insa, de l'Ensas et du lycée Le Corbusier ont été primés lors d'une cérémonie officielle à l'Hôtel de Ville. Les équipes distinguées se sont vues remettre une enveloppe de 1000 euros chacune.

Hôtel bulles et piscines végétalisées

Quatre sites avaient été retenus dans le cahier des charges de ce concours : le môle Citadelle, le Jardin des Deux-Rives, le canal de la Marne-au-Rhin à proximité du Parlement européen et l’Ill en amont du barrage Vauban.
"Notre idée est de développer l'imaginaire autour de ces lieux en devenir", a précisé Jean-Baptiste Gernet, adjoint en charge de la vie fluviale, lors de la remise des prix. "L'Ill et le canal présentent un potentiel important pour le développement de nouveaux usages des voies d'eau", a complété Marie-Céline Masson, directrice territoriale Strasbourg de VNF.
Les projets, réalisés par les étudiants en dehors de leur cursus, n'ont beau être que des esquisses, leur créativité laisse rêveur. Hôtels sous bulles textiles ou aux chambre semi-immergées, piscines patinoires ou écologiques grâce à la filtration végétale : l'intégration dans l'environnement, la modularité et l'utilité pour les habitants ont été le point commun des différentes idées.
Gageons que ces étudiants participeront dans quelques années à l'évolution du visage de Strasbourg.

Lisette Gries
Photo Philippe Stirnweiss