80 résultats
Résultats par page

null Webmag - Une troisième réserve naturelle nationale à gérer

Publié le 25/11/2021 - Modifié le 25/11/2021

Ajouter à mes favoris

Une troisième réserve naturelle nationale à gérer

Environnement

Le 23 novembre, la Ville est devenue gestionnaire de la forêt de la Robertsau et de la Wantzenau. Elle va maintenant élaborer un diagnostic puis un plan d’action pour protéger la biodiversité.

25 espèces de poissons, 40 espèces de fleurs, 44 espèces de papillons, 125 espèces d’oiseaux, 8 espèces d’amphibiens… C’est un patrimoine naturel exceptionnel que la Ville de Strasbourg va observer, inventorier, gérer et protéger ces cinq prochaines années.

Grâce à la signature d’une convention de partenariat avec l’État, le 23 novembre, elle devient gestionnaire de 710 hectares de forêt, à la Robertsau et à La Wantenau, classés réserve naturelle nationale en 2020. Un comité scientifique et un comité consultatif, composé d’usagers, d’associations et d’administrations, seront impliqués à ses côtés dans cette gestion.

"Nous allons d’abord réaliser un diagnostic, et éventuellement des inventaires de faune et flore complémentaires, avant de fixer un plan de gestion avec nos objectifs à long terme", explique Arnaud Pringarbe, conservateur de la réserve. La Ville recevra chaque année 130 000 euros de subventions de l’État, qu’elle pourra compléter.

Un suivi quotidien et une expo

Les 30 agents et agentes du département Espaces naturels, qui veillent également sur les réserves de Neuhof/Illkirch-Graffenstaden et du Rohrschollen, continueront d’assurer des missions de surveillance, d’accueil du public, de suivi du patrimoine naturel et de protection de la biodiversité.

Pour le public, rien ne change : le dépôt d’ordures, la circulation automobile, la cueillette et la promenade hors des sentiers balisés restent interdits et les chiens doivent être tenus en laisse pour éviter de déranger les animaux et leurs petits. Il pourra découvrir une exposition photo sur la place de la Gare, consacrée aux trésors naturels de la réserve mais aussi aux incivilités dont elle est victime, jusqu’au 27 décembre. Cette exposition fera ensuite le tour des quartiers strasbourgeois, dès le printemps. L.D.

Photos Jérôme Dorkel