93 résultats
Résultats par page

Retour Webmag - Réinventer l’espace public

Publié le 25/09/2023 - Modifié le 25/09/2023

Ajouter à mes favoris

Réinventer l’espace public

Sport Environnement Transport, déplacement Sécurité publique

Dimanche 24 septembre, l’avenue du Rhin était mise à disposition des Strasbourgeois. Marquée par l’absence de véhicules motorisés, cette journée a permis aux habitants d’utiliser autrement l’espace public.

Rendre une avenue accessible à tous, c’est le principe de l’initiative "Sans voiture Simone !". A vélo, en trottinette ou rollers ou à pied, les usagers étaient libres de leur mode de déplacement. De l’arrêt de tram Winston-Churchill jusqu’à la station Aristide-Briand, le massif de verdure, séparant habituellement la chaussée en deux, faisait la jonction entre les deux parties pour ne faire plus qu’une. "L’enjeu était d’organiser cet événement sur un axe majeur pour que les habitants s’approprient cet espace", affirme Guillaume Libsig, adjoint à la maire notamment en charge de la vie associative et des animations urbaines.

S’affranchir des barrières du quotidien

Concerts, fanfares en déambulation, restauration rapide, activités physiques : une journée festive destinée à "réduire la place de la voiture et en redonner aux riverains", glisse Alain Jund, conseiller municipal et vice-président de l’Eurométropole en charge des mobilités. A l’image du parkour, discipline de franchissement d’obstacles, le sport a pu s’exercer partout. Au cours de la matinée, plusieurs membres de l’association PK Stras ont proposé une initiation réunissant des dizaines d’enfants. Pendant dix minutes ou deux heures pour les plus motivés, ils se sont prêtés au jeu sous les précieux conseils des encadrants.

"C’est l’occasion de rencontrer les clubs du territoire et de leur de donner de la visibilité", affirme Claude Schneider, président de l’Office des sports de Strasbourg, qui a ramené des structures de tennis de table, de handball ou encore d’escrime. La démarche a permis de réunir un public hésitant ou éloigné des structures sportives.

"Beaucoup de personnes n’osent pas entrer dans une salle de yoga, alors cette journée est une super opportunité pour au moins goûter à la pratique", explique Sabine Turchi, de Yogamoves, qui a animé un atelier matinal en plein air. "Les cyclistes n’ont parfois pas le temps de passer au local de l’association en ville. Avec ce type d’événements, nous sommes au plus proche d’eux », abonde Vincent Papon, du Cadr 67, venu sensibiliser au marquage des vélos. Pour les cyclistes passés sur leur stand, le déplacement en valait la peine. Avec un deux-roues désormais identifié, ils repartent plus en sécurité.

Lucas Bauer

Photos Philippe Stirnweiss