66 résultats
Résultats par page
angle-left Webmag - Une nouvelle application dédiée au stationnement

Publié le 16/10/2018 - Modifié le 26/11/2018

Ajouter à mes favoris

Une nouvelle application dédiée au stationnement

Transport, déplacement

L’application "universelle" de paiement du stationnement EasyPark se déploie à Strasbourg. Elle vient s’ajouter aux applications Woosh ! et Opngo, toujours opérationnelles.

Présent dans 14 pays européens et plus de 750 villes parmi lesquelles Mulhouse, Metz ou Nancy, l’opérateur EasyPark, qui se présente comme un "facilitateur de stationnement", est désormais disponible à Strasbourg.

Via son application, ergonomique et facile d’utilisation, l’utilisateur enregistre la ou les plaques d’immatriculation de son véhicule ainsi que ses coordonnées bancaires. Trois possibilités s’offrent ensuite à lui : être géolocalisé, entrer le code de l’horodateur ou saisir l’adresse du stationnement. Une "roue " permet ensuite de définir la durée du stationnement. Durée qui peut être facilement prolongée ou raccourcie selon ses besoins, permettant, à la minute près, de payer ce que l’on consomme.

Avec cette nouvelle application, la Ville de Strasbourg espère encore faire progresser le taux de pénétration des solutions mobiles en matière de paiement du stationnement, qui s’élève aujourd’hui à 16% avec les applications Woosh ! et Opngo.

"L’avantage, c’est une grande liberté d’utilisation et une offre démultipliée", appuie Anne-Pernelle Richardot, adjointe au maire en charge du stationnement. Près de la moitié des paiements s’effectuent encore à l’horodateur en espèce et 36% par carte bancaire, principalement en sans contact.

Dix mois après l’entrée en vigueur de la réforme du stationnement, la Ville a également dressé un premier bilan de ses effets. Le taux de respect du paiement du stationnement est aujourd’hui de 88,4%, contre 60-65% avant la réforme.

Le taux de FPS (forfait post-stationnement) s’élève à 11,6% pour un montant de 1,2 millions d’euros, contre les 10 millions d’euros attendus.

"Les automobilistes ont compris le message et réfléchissent à leurs comportements", analyse Anne-Pernelle Richardot qui met en avant une meilleure rotation, des durées de stationnement plus courtes et une hausse de la fréquentation des parkings en ouvrage, ainsi que des parkings P+R.

Camille Simon
Photo Jérôme Dorkel