90 résultats
Résultats par page

null Webmag - Vers une extension du domaine du recyclage

Publié le 22/03/2021 - Modifié le 22/03/2021

Ajouter à mes favoris

Vers une extension du domaine du recyclage

Économie Environnement

L’Eurométropole va étendre sa politique de collecte et de recyclage des textiles et chaussures au mobilier et autres objets domestiques. Une démarche qui conjugue écologie et création d’emplois.

Quelque 6.600 tonnes de textiles et chaussures ont été collectées et valorisées dans l’Eurométropole entre 2016 et 2019 grâce aux 400 points de collecte disposés sur son territoire. C’est une progression de 72% par rapport à la situation en 2014. Le taux de réemploi (par revente ou don à des associations caritatives) a atteint 37% alors que 60% des produits étaient recyclés. Seuls 3% ont fini leur vie comme déchets.

Les quatre acteurs de l’économie sociale et solidaire qui assurent cette mission, Vétis, Le Relais, Horizon Amitié et Emmaüs Mundo, ont ainsi pu créer trente emplois équivalents temps plein. Cette part de leur activité s’inscrit dans le cadre d’un Service d’intérêt économique général (SIEG), une structure juridique permettant à la collectivité de compenser selon des calculs précis leur manque à gagner dû aux contraintes de service public.

"Le bilan est particulièrement positif", estime Pierre Roth, vice-président de l’Eurométropole en charge de l’économie sociale et solidaire, en présentant le projet de délibération sur l’amplification de cette démarche. La délibération qui sera soumise au vote mercredi 24 mars prévoit la reconduction pour cinq ans du SIEG textiles, linge et chaussures, qui arrive à échéance le 31 décembre 2021, et d’en créer un nouveau, dédié au mobilier, objets divers et bric-à-brac. Cette décision sera suivie d’un appel à manifestation d’intérêt auquel devraient répondre les quatre opérateurs déjà investis dans le recyclage mais également d’autres acteurs potentiels.

Thierry Kuhn, directeur d’Emmaüs Mundo, prévoit déjà de transférer son activité à Bischheim pour assurer son développement, avec notamment la création d’une "recyclerie solidaire" et un doublement des emplois (39 équivalents temps plein actuellement, toutes activités confondues) et de la collecte (1.600 tonnes par an).

L’Eurométropole réfléchit, de son côté, aux moyens de rapprocher des habitants les structures de dépôt des objets recyclables. Et envisage déjà l’extension de sa démarche aux objets numériques.

Gilbert Reilhac
Photos Frédéric Maigrot