Reichstett

Reichstett

Reichstett
La commune de Reichstett compte 4 453 habitants (recensement de 2011) et s'étend sur une superficie de 803,1 hectares.

Fiche signalétique

Présentation générale

Pour la première fois, l'existence de notre village est mentionnée dans un document de l'Empereur Frédéric Barberousse. Ce dernier lègue en 1163, à l'Eglise Saint-Thomas de Strasbourg, les biens de la banlieue de Rinstett. De 1271 à 1486, on fait mention d'une génération de noblesse qui s'éteignit avec Nicolas de Rinstett, en 1486. Un document de 1350 nomme le village de Rynstett, alors qu'en 1163 on écrivait Rinstetten et en 1259 Rinstettin.

Incendiée à plusieurs reprises par des bandes pillardes, Reichstett fut entièrement détruit par les troupes de Mansfeld en 1622. En 1667, Reichstett ne comptait que 80 habitants qui payaient la Dîme au curé du village et  il apparaît que Reichstett est un village riche, au sol fertile, possédant une belle forêt et des champs bien cultivés…

En 1678, Reichstett est envahie par les armées du Maréchal Créqui, lesquelles incendièrent le village, tandis que Turenne poursuivait les Allemands au-delà du Rhin. En 1800, Reichstett compte 778 habitants, 1 002 habitants en 1833. En 1871, on dénombre 218 maisons avec 1 048 habitants, en 1907, 252 maisons abritent 1 464 habitants.

L'église actuelle, construire en 1767, s'est agrandie par deux transepts vers 1900.

Durant la guerre de 1914/1918, les Allemands employèrent le Fort Rapp comme camp de prisonniers russes et italiens. Entre les deux guerres, l'enseignement du français fut rétabli dans nos écoles, mais à nouveau suspendu durant l'occupation allemande de 1940/1944. De juin 1940 à la libération en 1944, Reichstett, comme d'ailleurs toute l'Alsace, subit l'annexion pure et simple au Grand Reich Allemand. La commune fut administrée par un Bürgermeister et un "Ortsgruppenleiter".

Après la seconde guerre mondiale, Reichstett connu un essor des plus considérables, surtout à partir de 1960, début de la construction de la Raffinerie, puis le développement de ses zones d'activité "Rammelplatz", qui permirent à la Commune de financer ses équipements (salles des fêtes, salles des sports, complexe sportifs, écoles, etc.)

Reichstett est entourée d'une ceinture verte, que les municipalités successives se sont efforcées de maintenir, notamment en aménageant le plan d'eau du Neubiltz et ses alentours, ouvert à la baignade durant l'été et à la pêche toute l'année. C'est également un site très apprécié des promeneurs originaires de l'agglomération strasbourgeoise à la recherche d'un coin de nature proche de la ville.

Le Fort Rapp, inscrit sur la liste complémentaire des monuments historiques, est un ouvrage avancé de la ceinture des forts de Strasbourg, construit en 1872. Propriété de la Commune, il est restauré par des associations de bénévoles et le soutien des collectivités locales. Des visites y sont organisées régulièrement.

Contrainte par ses limites naturelles, par le site de la raffinerie et les mesures de protection des populations exposées aux risques industriel, l'extension de la Commune a été bloquée depuis le début des années 1990.  De fait, la moyenne d'âge de  sa population s'est élevée et le nombre d'habitants est passé de 4 900 habitants en 2011 à 4 500 en 2010.

La fermeture de l'activité de raffinage, la réduction des cercles de danger qui en résulte, permet à nouveau à la municipalité d'envisager un développement raisonné de l'habitat de la Commune, alliant mixité sociale et cadre de vie agréable, au nord de la Commune. C'est le principal projet de la municipalité en exercice.

Principaux équipements sur le territoire de la commune

Principaux équipements communaux

  • La maison de retraite l'Arc en Ciel
  • La médiathèque Trait d'Union
  • L'accueil enfance jeunesse (halte-garderie, centre de loisirs, local@Actions Jeunes)

Principaux projets structurants en cours

Projets eurométropolitains

  • Zone Commerciale Nord
  • Avenue des Vosges
  • ZAC des Vergers de Saint Michel