Retour La ville de Strasbourg réaffirme son engagement contre l'antisémitisme par un plan d'action concret

La ville de Strasbourg réaffirme son engagement contre l'antisémitisme par un plan d'action concret

Motion au Conseil municipal du lundi 3 mai 2021

Elu·es du Conseil municipal de Strasbourg, nous rappelons notre attachement aux principes républicains, notre engagement constant pour la liberté, l’égalité et la fraternité, ainsi que notre détermination à combattre sans relâche toutes les formes de racisme et de discrimination.

Conscient·es de la persécution des juifs à travers l’histoire et garant·es de la transmission des leçons universelles de l’Holocauste, nous mesurons le danger que représente la recrudescence des actes antisémites en France comme à Strasbourg.

Nous rejetons et luttons contre l’antisémitisme sous toutes ses formes, avec d’autant plus de force que l’histoire nous a appris le caractère particulier et récurrent de l’antisémitisme dans notre ville et notre région. Les juifs alsaciens et strasbourgeois ont connu l’accueil et la protection mais aussi les pogroms et la persécution, jusqu’à l’extermination de l’Holocauste et la déportation. Ces drames ont marqué et détruit des familles, vidé les synagogues de nos villes et villages. Aujourd’hui, cette mémoire est de plus en plus attaquée par les profanations, les inscriptions haineuses, la propagation de thèses négationnistes, mais aussi par les injures et les violences contre les personnes ou contre leurs biens.

Attaché à l’unité de l’ensemble des Strasbourgeoises et des Strasbourgeois dans la lutte contre l’antisémitisme, ayant pris en compte les débats qui entourent la définition de l’antisémitisme proposée par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste, le Conseil municipal de Strasbourg adopte les termes suivants de cette définition : "l’antisémitisme est une certaine perception des juifs qui peut se manifester par une haine à leur égard. Les manifestations rhétoriques et physiques de l’antisémitisme visent des individus juifs ou non et/ou leurs biens, des institutions communautaires et des lieux de culte". Cette définition invite à contrer l’antisémitisme en protégeant toutes celles et ceux qui en sont victimes, mais ne saurait se substituer et remplacer la qualification pénale d’un acte antisémite.

Siège des institutions européennes, symbole de dialogue, de paix et de réconciliation, Strasbourg est engagée pour le respect des droits humains et la protection des libertés fondamentales. Le Conseil municipal de Strasbourg partage l’avis de la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance du Conseil de l’Europe selon lequel "cette définition repose sur une notion qui englobe aussi diverses formes contemporaines d’antisémitisme sans essayer de délégitimer les critiques adressées à Israël dans la mesure où ce pays doit être traité comme n’importe quel autre État". La liberté d’expression et la critique de la politique de tout gouvernement sont en effet des droits inaliénables. Nous condamnons cependant fermement tout préjugé, toute discrimination et toute violence antisémite fondés sur un lien réel ou supposé avec Israël, y compris ceux qui ont pris la forme d’une expression nouvelle par la négation de l’existence même de l’État d’Israël.

Au-delà de la vocation même de Strasbourg à être "en pratique" la capitale européenne de la démocratie et des droits humains, notre ville se doit de protéger ses habitant·es et de mettre en œuvre tout moyen de juguler toute expression d’antisémitisme.

Conformément à ses compétences établies par la loi, la Ville agit concrètement et avec détermination contre l’antisémitisme en assurant notamment :

  • l’adoption au Conseil municipal de juin 2021 d’un plan de lutte contre les discriminations, qui inclut des actions spécifiques contre l’antisémitisme ;
  • la poursuite des activités du groupe de travail constitué en août 2020 ;
  • une coopération renforcée avec les services de l’État, ceux du Procureur de la République et les forces de police afin de suivre localement les statistiques des actes et crimes antisémites ainsi que leur traitement judiciaire et d’accompagner les victimes ;
  • le développement des formations au sein de la Police Municipale pour assurer la qualification juridique des actes antisémites ;
  • la mise en place d’un appel à projets pour faire de Strasbourg une ville innovante en matière de prévention contre l’antisémitisme ;
  • le développement de l’éducation et de la connaissance notamment par l’organisation de visite des lieux de mémoire ;
  • le renforcement des moyens de l’Espace égalité de la Ville de Strasbourg, et le développement d’ateliers et de kits consacrés à la lutte contre l’antisémitisme à destination des écoles élémentaires ;
  • le soutien et le développement des actions mémorielles en lien avec les associations et institutions locales et la valorisation du patrimoine juif de nos monuments et cimetières ;
  • l’exposition et la diffusion, en lien avec les archives municipales, d’oeuvres et de documents mémoriels, notamment issus du patrimoine littéraire et linguistique du yiddish ;
  • la participation de nos concitoyen·nes aux échanges avec notre ville jumelle de Ramat Gan, jumelage qui fête ses 30 ans cette année ;
  • la participation aux réseaux territoriaux et européens actifs dans la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, en développant notamment les échanges avec des villes rhénanes.

La lutte contre l’antisémitisme ne peut se réduire à des postures de dénonciation et suppose aussi une vigilance à l’égard de toute forme de banalisation du racisme et de confusion délibérée. Élu·es du Conseil municipal de Strasbourg, nous affirmons notre détermination à protéger nos concitoyen.nes, à assurer la cohésion dans notre ville, et à bâtir une cité respectueuse de la diversité de sa population et de toutes ses mémoires.

Adopté le 3 mai 2021 par le Conseil municipal de la Ville de Strasbourg

Rendu exécutoire après transmission au Contrôle de légalité préfectoral le 10 mai 2021 et affichage au Centre administratif le 10 mai 2021.