Retour Motion d'engagement du Conseil municipal de la ville de Strasbourg

Motion d'engagement du Conseil municipal de la ville de Strasbourg

Motion au Conseil municipal du 31 août 2020

Mercredi dernier, en pleine journée, rue Léon Blum, à Strasbourg, un jeune graffeur, (mandaté par la ville dans le cadre d’un projet porté par la Ville) a été agressé au seul motif que son tee-shirt a comme inscription au milieu d’autres noms de pays, celui d’Israël.

Les élu.e.s du Conseil municipal de Strasbourg réuni.e.s le lundi 31 août 2020 condamnent à l’unanimité et sans équivoque cette agression inadmissible et le message haineux qui l’accompagne.

Élu.e.s de Strasbourg, nous avons sans nul doute une responsabilité particulière par l’histoire même de notre ville, capitale européenne, siège du Palais des Droits de l’Homme.

Cette agression clairement antisémite perpétrée contre une personne missionnée par la ville vient s’ajouter à une longue liste de profanations de cimetières, de croix gammées gravées sur des portes ou véhicules de particuliers, de tags sur des plaques d’avocats, d’inscriptions et d’insultes aux relents antisémites sur les murs de domiciles privés d’élu.e.s de la République, d’insultes à répétition.

Nous n’accepterons jamais d’importer les conflits extraterritoriaux, dont celui du Proche-Orient, quels qu’ils soient, sur le territoire français, nous refusons de nous faire enfermer dans ces débats et refusons toutes les formes d’extrémismes politiques et religieux.

Nous refusons la banalisation de cette nouvelle agression antisémite comme de tout acte raciste, homophobe et islamophobe.

Au-delà de notre légitime indignation, les élu.e.s de la Ville de Strasbourg prendront, dans le mois de septembre, à travers la création d’une commission présidée par la Maire de Strasbourg, l’engagement de mettre en œuvre sans attendre des politiques publiques de soutien aux associations et défenseurs des droits, en direction des plus jeunes citoyen.ne.s de notre Ville afin d’être en capacité de ne plus être uniquement dans l’indignation mais pour lutter de manière concrète contre tout acte raciste, xénophobe, homophobe et islamophobe.