Retour La reconnaissance de la définition opérationnelle de l'antisémitisme de l'Alliance Internationale pour la mémoire de l'Holocauste

La reconnaissance de la définition opérationnelle de l'antisémitisme de l'Alliance Internationale pour la mémoire de l'Holocauste

Motion au Conseil municipal du lundi 3 mai 2021

Considérant que les actes antisémites ne cessent d’augmenter dans notre région comme dans le pays,

Considérant que la ville de Strasbourg, que ses habitants et notamment des élus furent victimes d’actes antisémites,

Considérant que l’article L.1111-2 du Code général des Collectivités territoriales indique que les communes "concourent avec l’État […] à la lutte contre les discriminations" et qu’ainsi la lutte contre les discriminations entre dans le champ de compétence de la Ville de Strasbourg,

Considérant que la définition opérationnelle utilisée par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste ("L’antisémitisme est une certaine perception des Juifs qui peut se manifester par une haine à leur égard. Les manifestations rhétoriques et physiques de l’antisémitisme visent des individus juifs ou non et/ou leurs biens, des institutions communautaires et des lieux de culte") permet de désigner le plus précisément possible ce qu’est l’antisémitisme contemporain,

Considérant qu’elle constitue un instrument efficace de lutte contre l’antisémitisme dans sa forme moderne et renouvelée, en ce qu’elle englobe les manifestations de haine à l’égard de l’État d’Israël justifiées par la seule perception de ce dernier comme collectivité juive ; ce pourquoi, sur cette base, l’Assemblée nationale a voté la résolution 361 du 3 décembre 2019,

Le Conseil municipal de Strasbourg approuve la définition opérationnelle de l’antisémitisme utilisée par L’alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste, en tant qu’instrument d’orientation utile en matière d’actions de lutte contre l’antisémitisme, de prévention d’éducation et de formation auprès du public et des agents de la ville de Strasbourg.

Le Conseil municipal de Strasbourg reconnait également l’avis de la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance qui dispose que "cette définition repose sur une notion qui englobe aussi diverses formes contemporaines d’antisémitisme sans essayer de délégitimer les critiques adressées à Israël dans la mesure où ce pays doit être traité comme n’importe quel autre État".

Adopté le 3 mai 2021 par le Conseil municipal de la Ville de Strasbourg

Rendu exécutoire après transmission au Contrôle de légalité préfectoral le 10 mai 2021 et affichage au Centre administratif le 10 mai 2021